Tout sur El Niño

En juillet 2018, les spécialistes mondiaux de l'anthropocène ont publié un article détonnant à propos de l'imminence d'un emballement du système climatique dans le PNAS, l'une des revues scientifiques les plus sérieuses. Échauffés par les événements records des six derniers mois, de nombreux quotidiens dans le monde ont reproduit la dépêche lacunaire de l'AFP qui en parlait. Celle-ci énumérait certains effets attendus mais pas les conclusions principales de l'article. Les voici, précédées de leur contexte.

Les océans ont connu des périodes de canicule plus longues et plus fréquentes au cours du siècle écoulé, ce qui peut avoir "des impacts de long terme dévastateurs", selon une étude parue mardi dans Nature Communications.

La probabilité est grande que l'année 2017, marquée par de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes, se classe parmi les trois années les plus chaudes jamais enregistrées, selon un rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) publié au premier jour de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP23) à Bonn (Allemagne).

Le phénomène météorologique El Niño a laissé vendredi la capitale péruvienne Lima au bord du chaos, avec des milliers de sinistrés et la perspective d'une rupture d'approvisionnement en eau potable.

L'année 2016 est en passe de devenir l'année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés et de battre le record établi en 2015, selon un rapport publié lundi par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Selon les données provisoires de l'OMM, la température moyenne en 2016 devrait être supérieure d'environ 1,2°C aux niveaux pré-industriels.