Tout sur Education

Plus de la moitié des élèves et parents sont contre l'obligation de porter un masque buccal en classe, selon la 19e édition de la grande enquête sur le coronavirus réalisée par des chercheurs de l'université d'Anvers et à laquelle 23.000 Belges ont participé. Le sondage montre également un recul de l'adhésion des Belges à la vaccination.

La Belgique fournit encore trop peu d'efforts pour développer l'enseignement en alternance, qui permet à un jeune de suivre un enseignement traditionnel de qualification tout en exerçant cette formation en entreprise, selon le rapport annuel de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) sur l'éducation.

Sans doute est-ce un petit miracle : ce jour-là, à Bruxelles, la violence ne fait aucun mort. Mais il s'en faut de peu. Car ce jour-là, à Bruxelles, les luttes sont passionnées. "A tout instant, des corps roulent sur le sol, on emporte des blessés", écrira un homme de presse. "Il y eut çà et là des bagarres formidables, le sang a coulé", racontera un autre. Mais pourquoi tant de violence ? La Belgique serait-elle entrée en guerre ? Eh bien oui !

Les enfants sont le plus souvent victimes d'accidents de la route en tant que piétons et, dans 77% des cas, cela se passe sur le chemin de l'école. Bruxelles Mobilité profite donc de la rentrée scolaire pour rappeler aux parents, enfants et enseignants les bons comportements à adopter, via une "opération cartable" qui se déroule en ligne, coronavirus oblige.

Cela fait des années que tout le monde le pense et que certains le dénoncent. L'enseignement, tel qu'il est dispensé aujourd'hui en Belgique francophone, est obsolète. Inadapté. Périmé. Le désintérêt des jeunes en est une preuve. Les scores "peut mieux faire" atteints par les élèves aux études Pisa en est une autre.

La crise du Covid sera-t-elle une parenthèse ou un tournant dans l'histoire de l'enseignement ? Nul ne peut encore le dire. Face aux consignes sanitaires, l'école va pourtant devoir se réinventer à court et moyen terme. Le coronavirus a mis en lumière et exacerbé des problèmes qui lui préexistaient. Mais il peut aussi être une occasion de se débarrasser de ce qui est devenu obsolète.

Le mot d'ordre est clair : le 1er septembre, tout le monde reprend les cours, à l'école et pas à distance, avec masque et sans regroupement de parents aux grilles. Soit les mesures prévues par le code jaune, sur l'échelle de gravité des risques dus à la pandémie. Mais en fonction des lieux et de l'évolution du virus, les consignes peuvent changer.