Tout sur Droits fondamentaux

Des millions d'enfants supplémentaires risquent d'être contraints de travailler en raison de la crise du Covid-19, alerte vendredi une étude de l'Organisation internationale du Travail (OIT) et de l'Unicef. Le travail des enfants pourrait augmenter pour la première fois en 20 ans.

Amnesty International a accusé jeudi l'armée nigériane d'exactions sexuelles envers les civils dans sa lutte contre les islamistes du groupe Boko Haram, violant en échange de nourriture des femmes et des filles réfugiées dans des camps de déplacés du Nord-Est du pays.

L'Unicef a lancé un cri d'alarme mardi sur la situation en République démocratique du Congo où "400.000 enfants sévèrement malnutris risquent de mourir" dans la région du Kasaï (centre) qui subit des violences depuis septembre 2016.

Campant sur ses positions malgré les accusations de l'Onu de nettoyage ethnique, l'armée birmane dément tout abus contre la minorité rohingya, rendant publiques les conclusions d'une "enquête" interne à la veille d'une visite du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

La visite en France du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, dénoncé pour son bilan "catastrophique" en matière de droits de l'homme, est considérée par les ONG comme un test crucial pour Emmanuel Macron, sommé de mettre fin à la "scandaleuse tolérance" de Paris envers le Caire.

L'interdiction du niqab, telle qu'appliquée en Belgique - et particulièrement aussi dans la commune de Dison (Verviers) - ne viole pas le droit au respect de la vie privée et aux convictions religieuses, a estimé mardi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), basée à Strasbourg.

Que la question migratoire fasse débat, ce n'est pas nouveau. Que les politiques publiques mises en place puissent être mises en cause, c'est sain. Mais lorsque le débat est basé sur une réalité tronquée et falsifiée, c'est la démocratie qui est perdante.

Le silence que l'enfant d'Alep reçoit à sa question contraste étonnamment avec le bruit des bombardements et du pilonnage aérien qu'il entend à longueur de journée et qui détruit toujours un peu plus la ville, le quartier, l'édifice où lui et sa famille errent comme des somnambules. Pas de réveil en sursaut pour ces Syriens ; le cauchemar continue sans trêve ou si peu.

"Un enfant sur 200 est un réfugié. Leur nombre a doublé en dix ans", affirme l'UNICEF dans une étude publiée mercredi. L'organisation veut attirer l'attention des autorités internationales sur la situation de 50 millions d'enfants immigrés dans le monde. La plupart d'entre eux sont déplacés à l'intérieur ou à l'extérieur des frontières de leur pays d'origine à cause des conflits et de la violence.

C'est grâce à lui que le dictateur Hissène Habré a dû répondre de ses crimes devant un tribunal du Sénégal. Le " chasseur de dictateurs " quitte Human Rights Watch après une vingtaine d'années de lutte contre l'impunité. Le combat va continuer, avec les victimes comme priorité.