Tout sur Dominique Drion

En mars 2017, en plein scandale Publifin, un contrat ultraconfidentiel est signé par Stéphane Moreau avec Pol Heyse et Dominique Drion chez Ogeo Fund. Il accorde notamment à Moreau 620.000 euros en cas de licenciement. Peu après, Stéphane Moreau est contraint par la FSMA de démissionner du comité de direction d'Ogeo. Un an plus tard, le trio signe un second contrat qui octroie rétroactivement à Moreau 580.000 euros pour sa démission. L'argent n'a toujours pas été libéré et le nouveau conseil d'administration du fonds de pension remet en question la légalité de ces contrats.

Comme elle l'avait annoncé, la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR), a rejeté les désignations des représentants de Nethys au sein de l'intercommunale Publilec. Les désignations d'André Gilles, de Pol Heyse et de Stéphane Moreau en tant qu'administrateurs sont donc annulées, annonce vendredi la ministre régionale.

Josly Piette (cdH), bourgmestre de Bassenge (province de Liège), est toujours vice-président du Conseil d'Administration de l'intercommunale Publifin. S'il a bel et bien exprimé son intention de démissionner, lors du CA qui s'est tenu vendredi dernier, la présidente a refusé de l'acter, a-t-il assuré ce lundi.

Dominique Drion démissionnera des mandats qu'il détient au sein des sociétés filiales de Nethys, bras opérationnel de Publifin. André Gilles se pliera quant à lui aux "demandes des instances", ont annoncé vendredi "Le Soir" et SudPresse.

L'ex-vice-président cdH de Publifin et Nethys, Dominique Drion, a démissionné du parti des démocrates humanistes, a fait savoir mardi soir l'arrondissement de Liège du cdH.

L'ex-vice-président cdH de Publifin et Nethys Dominique Drion, réentendu vendredi par la commission d'enquête du parlement wallon en tant que président du cdH provincial, a expliqué l'aller-retour qu'il a fait avec le patron de Tecteo Stéphane Moreau chez son président de parti Benoît Lutgen pour obtenir son feu vert à la nouvelle structure de Tecteo pour la transformer en Publifin-Nethys, un modèle qui a été de nombreuses fois critiqué par les commissaires.

L'ex-vice-président cdH de Publifin Didier Hamers s'est présenté jeudi devant la commission d'enquête comme une simple figure d'arrière-plan dans la mise au jour, par l'échevin d'Olne Cédric Halin (cdH), du scandale des comités de secteur de Publifin. Son témoignage a confirmé aux députés l'image d'administrateurs bien peu critiques vis-à-vis des filiales privées.

De tous les acteurs du scandale Publifin, il est le seul à ne pas être politiquement tombé. Dominique Drion, ancien vice-président de Nethys, s'accroche à la Province de Liège. Malgré la contestation interne. Portrait rempli de contradictions : conseiller de l'opposition CDH amoureux de la majorité PS, critiqué sans être détrôné, homme simple aux poches bien remplies.

Le secrétaire des comités de secteur de Publifin René Duria a limité son rôle, lundi devant la commission d'enquête du parlement wallon, à celui d'exécutant, renvoyant la responsabilité des dysfonctionnements aux membres de ces comités, et à leurs présidents en particulier. Il a toutefois fourni plusieurs détails sur le CA du 21 juin 2013 qui a créé les nouveaux comités de secteur.

L'ex-président du comité de rémunérations de Nethys Dominique Drion (cdH) a confirmé mardi devant la commission d'enquête du parlement wallon que l'installation des comités de secteur et leurs rémunérations avaient été approuvées à l'unanimité des quatre partis PS, MR, cdH et Ecolo. Lui-même a présidé la fédération provinciale liégeoise de la formation humaniste jusqu'il y a trois ans.