Tout sur Denis Ducarme

"Les libéraux seront du côté de la solution" dans le cadre de la formation d'un nouvel exécutif fédéral, a assuré vendredi soir leur président nouvellement élu, Georges-Louis Bouchez. Lors du second tour de l'élection interne, le Montois a recueilli 62% des suffrages valables (8.640 voix), contre 38% à Denis Ducarme (5.308 voix), a annoncé vendredi le Mouvement Réformateur.

Christine Defraigne, échevine de la Ville de Liège, ex-présidente du Sénat et candidate malheureuse à la présidence du MR, soutiendra Denis Ducarme dans le duel qui l'oppose à George-Louis Bouchez pour succéder à Charles Michel à la tête du parti, indique-t-elle dans Le Soir.

Le premier tour des élections au MR a vu le jeune Georges-Louis Bouchez propulsé comme favori des ténors du parti, face au candidat qui se revendique de la base, Denis Ducarme. Les militants devront se prononcer une deuxième fois pour désigner le successeur de Charles Michel, mais ce sera, dans tous les cas, une bonne nouvelle, selon l'intellectuel Drieu Godefridi. Interview.

La pantalonnade Bouchez-Ducarme est peut-être révélatrice du malaise du parti, mais ses militants ont pourtant bien choisi de le placer à droite.

Les interventions en radio sur La Première (RTBF) mercredi matin des deux candidats du second tour de l'élection présidentielle du MR ont pris une drôle de tournure: selon les journalistes de l'émission Matin Première, Denis Ducarme a refusé de débattre avec Georges-Louis Bouchez, les deux hommes se succédant finalement dans le studio radio sans s'y faire face.

Le sénateur Georges-Louis Bouchez est sorti premier des cinq candidats à la présidence du MR, avec 44,59% des votes valables, devant le ministre fédéral Denis Ducarme (25,12%) qu'il devra affronter au second tour dans un duel d'Hennuyers, ressort-il mardi des résultats du vote annoncés par le Mouvement réformateur.

Qui sera le futur président du Mouvement réformateur, appelé à marcher sur les traces de Charles Michel et d'Olivier Chastel? Le dépouillement des votes des membres du parti a lieu ce mardi dans l'après-midi, après récolte des dernières enveloppes à midi.

David Clarinval, le chef de groupe MR à la Chambre, reprendra les compétences de Sophie Wilmès comme ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Politique scientifique, tandis que celle-ci sera proposée au Roi pour succéder à Charles Michel à la tête du gouvernement fédéral en affaires courantes, a-t-on appris samedi. A 43 ans, David Clarinval est l'une des étoiles montantes du MR.

L'establishment est une chose sérieuse, sa critique encore plus. Et l'establishment cache beaucoup de choses sérieuses, et sa critique encore plus. Car l'establishment dirige le monde et, de nos jours, on reconnaît ceux qui s'y opposent à ceci de bien précis : ils osent tout, et surtout s'inventer un ennemi aussi commode qu'anonyme, aussi indéfini qu'effrayant, aussi fort qu'inexistant, surtout parce que ça rapporte et parce qu'ils ont peur de perdre.

Les membres du MR sont invités à voter par correspondance dès ce lundi pour désigner le futur président de leur parti. Cinq candidats sont en lice pour succéder à Charles Michel: le ministre fédéral Denis Ducarme, le sénateur coopté Georges-Louis Bouchez, le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, la première échevine de Liège, Christine Defraigne, et enfin la députée bruxelloise Clémentine Barzin.

Les membres du MR sont invités à voter par correspondance dès ce lundi pour désigner le futur président de leur parti. Cinq candidats sont en lice pour succéder à Charles Michel: le ministre fédéral Denis Ducarme, le sénateur coopté Georges-Louis Bouchez, le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, la première échevine de Liège, Christine Defraigne, et enfin la députée bruxelloise Clémentine Barzin.

La campagne pour la succession de Charles Michel à la présidence du MR n'a pas encore officiellement commencé. Mais les tensions sont déjà à leur comble entre les candidats, en particulier entre les deux favoris, Georges-Louis Bouchez, promis à la victoire, et Denis Ducarme. Ces deux-là se haïssent depuis longtemps, et ça ne fait que commencer.

La campagne pour la présidence du MR n'a pas encore officiellement commencé. Mais les tensions sont déjà à leur comble, en particulier entre les deux favoris, Georges-Louis Bouchez, promis à la victoire, et Denis Ducarme.