Tout sur Démographie

Depuis le début de l'année, 27 000 migrants sont entrés en Espagne par la mer, plus du double qu'en 2017 pendant la même période. L'Espagne est devenue leur première porte d'entrée en Europe. Avec sérénité, pour le moment.

Le gouvernement belge, mais aussi Emmanuel Macron et Angela Merkel (et donc Jean-Claude Juncker) se rangent lentement à l'idée de centres hors-UE où l'on pourra trier les migrants purement économiques des véritables demandeurs d'asile persécutés dans leur pays pour leur opinion politique et pour qui le droit d'asile n'est pas négociable.

D'une crise à l'autre, ils sont devenus l'objet d'une confrontation idéologique, au centre d'un nouveau clivage qui remodèle le visage de l'Europe. Avec des conséquences potentiellement dévastatrices. Assistera-t-on à des dérives autoritaires ? Les droits humains voleront-ils en éclats ? Plongée au coeur d'une question existentielle...

La Belgique comptait au 1er janvier 2018 11.376.070 habitants légalement enregistrés, selon des chiffres dévoilés jeudi par l'office de statistique Statbel. La population belge a augmenté de 0,5% sur base annuelle, soit 53.982 personnes, une progression en ligne avec les années précédentes.

Devant l'échec annoncé de la réforme de la procédure du règlement de Dublin, Theo Francken observe justement que c'est l'avenir de l'Union européenne lui-même qui est menacé par l'incapacité des gouvernements à s'entendre sur une politique commune d'asile et d'immigration. Mais comme toujours, la seule solution qui prévaut est celle de la fuite en avant, et la fermeture des frontières reste le seul horizon politique en vue.

La réforme du règlement de Dublin, qui détermine l'État membre responsable d'une demande d'asile dans l'UE, est "morte", a estimé mardi le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA), après un échange avec ses homologues européens à Luxembourg.

Ivanka Trump a été prise dans une controverse sur la politique de "tolérance zéro" pour l'immigration clandestine affichée par son père, qui implique notamment de séparer les enfants de leurs proches lorsque des familles entrent illégalement aux Etats-Unis, en tweetant une photo d'elle serrant son petit garçon dans les bras.

Un nouveau rassemblement est prévu mercredi après-midi devant le palais de Justice à Bruxelles, pour protester contre le décès de la petite Mawda la semaine dernière. De 17h30 à 19h30, la Coordination Semira Adamu convie les manifestants à apporter un vêtement d'enfant qu'ils pendront à une corde à linge "en signe de deuil et de protestation".

Monsieur Destexhe, Je suis une jeune fille de 25 ans et j'étais bien trop jeune quand vous sauviez le monde. Mais aujourd'hui, je pense avoir pleinement conscience du monde qui m'entoure et c'est pour cela que votre carte blanche publiée dans le Vif, le 1er février dernier m'a mise en colère.

À en croire une information relayée par le quotidien De Standaard, les enfants de migrants installés en Belgique ont beaucoup de mal à rattraper le retard de prospérité qui a commencé avec leurs parents. Ce retard touche particulièrement les personnes d'origine nord-africaine et turque.

Selon le leader de la N-VA, entre protection sociale et réfugiés, il faudrait choisir. Pourtant, au regard des chiffres, c'est le gouvernement et non les réfugiés, qui représente le principal danger pour notre modèle social.