Tout sur DéFi

L'actuel chef du groupe DeFI au conseil communal de la Ville de Bruxelles, Fabian Maingain, tirera la liste de la formation amarante lors du scrutin du 14 octobre prochain, avec l'objectif de renforcer l'empreinte des Démocrates fédéralistes indépendants crédités de deux sièges en 2012 - quatre depuis les arrivées de Marie Nagy et Michaël François (ex-Ecolo) -, en obtenant six à huit sièges, a-t-il indiqué vendredi.

Le président de DéFI Olivier Maingain a proposé mercredi au premier ministre Charles Michel une "majorité alternative" pour approuver le pacte énergétique que menace de ne pas valider la N-VA car il confirme la sortie du ncuélaire en 2025. Une résolution déposée à la Chambre pourrait recueillir cette majorité alternative, indique-t-il.

Depuis la rupture avec le MR, en 2011, et le changement de nom en 2016, DéFI a lentement imposé sa marque au centre du paysage politique. Et se rêve en N-VA francophone. Récit en huit temps d'une mutation en passe de réussir.

Le PTB recevra 1,8 million d'euros en plus au titre du financement public des partis en raison des voix qu'il a récoltées en Flandre lors des dernières élections, rapporte vendredi De Standaard. Pour DéFI, la somme est plus modeste mais s'élève tout de même à 230.000 euros.

L'intergroupe parlementaire DéFI réuni mardi midi a exigé que le PS, le MR et le cdH prennent des mesures immédiates de mise à l'écart des personnes qui en leurs rangs portent une responsabilité dans les scandales qui ont mené à la situation politique dans laquelle on se trouve actuellement.

Les entités fédérées francophones sont les perdantes de la 6e réforme de l'État, analyse le centre d'études Jacques Georgin, dépendant de DéFI, sur la base d'une étude réalisée par le département d'économie appliquée de l'ULB. Les effets seront notamment visibles pour les allocations familiales en Wallonie et à Bruxelles.