Tout sur Dassault

Si le gouvernement belge décide d'opter pour l'avion de combat américain F-35, la Belgique ne pourra pas participer au projet d'avion de chasse franco-allemand, a laissé entendre l'ambassadrice française Claude-France Arnould, selon les informations du Standaard.

Confrontée au vieillissement de ses appareils de combat, la Belgique doit renouveler son aviation militaire. Notre pays doit prendre le temps de peser ses options stratégiques, et les replacer dans leur contexte : celui de l'indispensable relance de la défense européenne.

Le gouvernement belge, qui connaîtra ce mercredi les "meilleures offres finales" des agences représentant le F-35 américain et l'Eurofighter européen pour succéder aux F-16 belges vieillissants, ne sera pas obligé de choisir entre ces deux offres, a souligné le député MR Richard Miller sur les ondes de Bel RTL.

Le constructeur aéronautique français Dassault participera à la compétition que le gouvernement belge s'apprête à lancer pour remplacer ses F-16 vieillissants en proposant le "dernier standard à jour" de son avion de combat Rafale, le F3R, qui sera disponible à partir de 2018 et des "participations industrielles" aux entreprises belges des trois Régions, a affirmé mardi le PDG du groupe, Eric Trappier, à l'agence BELGA.