Tout sur Daniel Bacquelaine

La Belgique observe une journée de deuil national ce mardi à la suite des intempéries et inondations dévastatrices qui ont frappé le pays la semaine dernière et qui ont coûté la vie à 31 personnes jusqu'à présent, selon le dernier bilan officiel. Le pays se figera pour une minute de silence et de recueillement à midi, et les drapeaux seront mis en berne.

A-t-on tiré les leçons du Covid? Au menu de la Chambre, le projet de la ministre de l'intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), sur les mesures administratives, mais aussi autre rédigé par le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit). Le MR dit qu'il a été "rééquilibré". L'opposition juge les deux textes insuffisants.

Jean-Claude Marcourt et Jean-Pierre Hupkens pour le PS. Daniel Bacquelaine et Pierre-Yves Jeholet pour le MR. Les quatre " mains invisibles " sont nommées noir sur blanc dans un rapport du comité de rémunération de Nethys de juin 2020 relatif aux " indemnités versées aux membres du comité de direction ". Elles démentent.

Le Vif a pu consulter une des trois ordonnances de perquisition qui a visé l'actuel président du parlement wallon et ancien ministre wallon de l'Économie, Jean-Claude Marcourt (PS). On y lit que l'octroi des indemnités de rétention à des ex-managers de Nethys "aurait pu être commis notamment à l'intervention ou avec le concours de Monsieur Jean-Claude Marcourt (...) qui a le statut de suspect".

Pour l'avocat Jean-Pierre Buyle, le rôle des politiques dans l'affaire Nethys doit être interrogé au plus haut niveau. Trop d'éléments troublants figurent au dossier.

S'il tient jusqu'aux élections, il reste cinq mois au gouvernement Michel II pour mener à bien trois grands chantiers, à savoir ceux du pouvoir d'achat, de la migration et du climat. Cependant, dans les faits, l'orange bleue risque d'être entravée et incapable de faire autre chose que ce qu'un gouvernement en affaires courantes peut faire.

Représentants des syndicats et employeurs réunis au sein du comité de gestion du SPF Pensions ont rendu un avis unanimement négatif quant au projet de loi sur la pension à mi-temps. La mesure telle que formulée actuellement ne tient pas compte de la mixité des carrières et d'importantes réserves ont été émises concernant la date d'entrée en vigueur des dispositions, a indiqué lundi le syndicat socialiste.

La dernière déclaration gouvernementale du Premier ministre Charles Michel, sept mois avant la fin de la législature, n'a pas été d'un grand secours pour contrer la perception selon laquelle le gouvernement est déjà presque en affaires courantes.

En un an, 1.209 citoyens se sont vus refuser l'octroi d'une la Garantie de revenus aux personnes âgées (Grapa), permettant de compenser les revenus jugés trop bas pour vivre décemment passé 65 ans, pour cause de non-résidence suffisante, rapportent les titres Sudpresse mardi.