Tout sur CSC-Transcom

La CSC-Transcom et l'association de voyageurs Navetteurs.be ont décidé de mener ensemble une enquête auprès des usagers du train pour connaitre leur avis quant à la décision de la SNCB de réduire les heures d'ouverture de 37 gares en Wallonie dès le 5 août. L'enquête sera lancée lundi entre 6h00 et 10h00 dans les gares de Liège-Guillemins et de Mons. Les résultats seront rendus publics courant du mois d'octobre.

Douze trains ont été supprimés depuis ce vendredi matin à la suite d'une action spontanée de conducteurs du dépôt de Welkenraedt, en province de Liège, a indiqué un porte-parole de la SNCB. Le nouveau syndicat du rail Metisp-Protect a fait savoir qu'il soutenait le mouvement et que celui-ci pourrait s'étendre dans le courant de la journée.

Il n'y a pas eu de perturbations durant la nuit et aucune n'était recensée dans le pays à l'aube vendredi, indiquait peu avant 07h00 la porte-parole de Bpost, Barbara Van Speybroeck.

Les représentants de la CSC-Transcom, de la Fédération européenne des travailleurs du Transport et des syndicats français ont début mardi vers 7h00 des actions de filtrage au poste frontière de Rekkem, entre la Belgique et la France, sur l'autoroute Coutrai-Roncq pour protester contre le dumping social, a indiqué Bertrand Merlevéde, permanent régional Hainaut CSC-Transom Route et Logistique.

Les syndicats ont rappelé mardi leur opposition au projet de loi permettant l'organisation d'un service minimum à la SNCB. Le texte, porté par le ministre de la Mobilité François Bellot (MR), a été adopté en deuxième lecture en début d'après-midi par la commission de l'Infrastructure de la Chambre.

Aucun accord n'a pu être trouvé, mercredi, pour l'élaboration par les partenaires sociaux d'une proposition permettant la mise en place d'un service minimum à la SNCB, précise HR Rail dans un communiqué. Le dossier a été renvoyé vers le ministre de la Mobilité François Bellot qui indiquait vouloir laisser sa chance à la concertation sociale jusqu'à la fin de l'année.