Tout sur crise des migrants

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la migration, Theo Francken, a contesté lundi les affirmations "intellectuellement malhonnêtes" d'Amnesty International, selon qui la Belgique est loin d'avoir respecté son engagement de relocalisation des demandeurs d'asile de Grèce et d'Italie.

Des incidents violents ont éclaté dimanche matin dans la "Jungle" à Calais, alors que les résidents du camp s'érigent contre son évacuation qui devra avoir lieu lundi. Des dizaines de personnes ont jeté des pierres sur la police, selon des images relayées par la chaîne française BFMTV. Les autorités ont répliqué avec du gaz lacrymogène.

Les ministres démocrate-chrétiens du gouvernement flamand se retroussent les manches et utilisent les moyens dégagés pour la crise des migrants, tandis que leurs homologues nationalistes traînassent, estime le parti d'opposition Groen après une analyse du budget du gouvernement trois mois après le vote de celui-ci.

La Grèce espère que la situation au camp d'Idomeni à la frontière avec la Macédoine, où sont bloqués quelque 14.000 réfugiés, "va s'arranger d'ici la semaine prochaine", a indiqué samedi un responsable grec chargé de la coordination du flux migratoire.

La priorité du sommet de lundi, qui réunit les chefs d'État et de gouvernement des 28 États membres de l'UE et le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, est de "stopper purement et simplement les flux d'immigration irrégulière" et de "rendre parfaitement hermétiques" les frontières extérieures de Schengen, a déclaré le Premier ministre Charles Michel à son arrivée au sommet.