Tout sur Criminalité, droit et justice

Même si elle est sortie d'un groupe d'une quinzaine de pays sous procédure de non-conformité, la Belgique reste parmi les Etats examinés les moins pressés de se conformer totalement aux recommandations du GRECO, l'organe anticorruption du Conseil de l'Europe, a déploré mercredi ce dernier.

Depuis huit jours, des manifestations contre les brutalités policières d'une ampleur historique secouent les Etats-Unis, provoquées par la diffusion le 25 mai d'une vidéo montrant l'arrestation d'un homme non armé, George Floyd,décédé après avoir été plaqué au sol par un policier blanc, genou sur son cou.

Une firme limbourgeoise de bricolage et un grossiste ont mis en demeure l'Etat belge pour la saisie de masques buccaux, indique mercredi le journal Het Belang van Limburg. Selon l'avocat Tom Thijsen, qui est aussi bourgmestre de Kortessem, l'arrêté ministériel doit d'abord être couvert par un arrêté-royal pour que les autorités puissent procéder à des saisies.

Au moins 30.000 détenus et employés pénitentiaires aux États-Unis ont contracté le nouveau coronavirus, selon des données actualisées mercredi, des contagions qui contribuent à l'augmentation en cours du nombre de cas hors des grands foyers initiaux de la pandémie dans le pays.

Deux ans et demi après la saisie par le juge Claise de 15 milliards d'euros de fonds libyens chez Euroclear Bank, la justice juge légale cette saisie que la banque avait contestée. Mais la chambre des mises en accusation a mystérieusement saucissonné le dossier, et un ultime coup de théâtre n'est pas à exclure dans deux mois. Pour l'heure, Euroclear n'est pas au-dessus des lois.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné vendredi matin un jeune homme de 23 ans à une peine de travail de 125 heures pour ne pas avoir respecté les mesures de confinement mises en place afin de ralentir la propagation du coronavirus. Il s'agissait du premier procès en procédure accélérée pour infraction aux décisions prises par le gouvernement fédéral à la mi-mars dernier.

Nous vivons des temps exceptionnels : une crise sanitaire et une situation d'urgence sans précédent dans notre pays. Mais les temps de crise sont des temps de défis mais aussi des temps dangereux, où nos cadres de référence sont mis en tension, bousculés, déplacés.

En ces temps de crise sanitaire et de tension dans les prisons, les nouvelles statistiques du Conseil de l'Europe (CoE) sur la surpopulation carcérale tombent à point nommé. La Belgique est le deuxième pays des 52 Etats membres du CoE dont les prisons sont les plus engorgées, après la Turquie.

Cour d'assises, stop ou encore ? En vue du mégaprocès des auteurs des attentats de Bruxelles, le 22 mars 2016, le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw et le président du Collège des procureurs généraux Erwin Dernicourt ont relancé le débat sur le jury populaire. Ils veulent le supprimer. Inconcevable pour Philippe Morandini, premier président de la cour d'appel de Mons, qui a présidé plus de quarante cours d'assises.

Jusqu'à il y a dix ans, l'usage du vocable omerta ne quittait que rarement le cadre des récits des méfaits du grand crime organisé. Il se limitait à sa première acception, "cette loi du silence que prétendent faire régner la mafia, la Camorra... et dont l'injonction première est de ne jamais révéler le nom de l'auteur d'un délit".

Le salafisme européen s'est développé dans des enclaves urbaines, comme Molenbeek, et des phalanstères ruraux, analyse Hugo Micheron, dans Le Jihadisme français. Il prépare la prochaine étape de son expansion dans les prisons.