Tout sur Corée du Sud

Lors des premières élections postcoronavirus dans le monde, les Sud-Coréens ont plébiscité la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement de centre-gauche du président Moon Jae-in. Et ont montré leur attachement à une démocratie acquise de haute lutte.

"En particulier, les personnes âgées... " A longueur de journées, sur tous les supports. A 91 ans je dois en être. Alors, il faut peut-être que je m'exprime, moi aussi. Car pour tout dire, je reste perplexe devant le déroulement de l'actualité.

L'École de Santé publique de l'ULB publie une série de graphiques de projections mathématiques de l'épidémie COVID-19 en Belgique basées sur les données de l'Institut de santé publique Sciensano. Les modèles, qui reprennent les données à partir du 28 février 2020, prédisent la fin de l'épidémie aux alentours du 25 mai 2020, si l'on veut atteindre le niveau zéro de la courbe théorique du pic épidémique.

Le confinement a pris place en Belgique mi-mars. Un mois plus tard, un groupe d'experts a été formé pour réfléchir à la stratégie de déconfinement. Une étape qui trotte déjà dans la tête des citoyens. Comment va se passer le retour au travail, dans les transports... et avec quels risques ? Éléments de réponses avec David Alsteens, professeur au Louvain Institute of Biomolecular Science and Technology de l'UCLouvain.

Les pays en développement doivent affronter une crise de la dette en plus de la pandémie du coronavius. Sans annulation de dette, ils n'auront pas les ressources budgétaires pour faire face à la pandémie. Or on ne résoudra pas une crise planétaire en laissant de côté la majorité de la population mondiale.

Quatre milliards de personnes sont confinées contre l'épidémie. Mais la vie suit un cours relativement normal à Taïwan, en Corée du Sud où à Hong Kong, trois des premiers territoires touchés, et ce grâce à des mesures énergiques prises très tôt pour désamorcer la crise.

Le secteur des soins de santé est au bord de la crise de nerfs. Applaudis publiquement mais délaissés dans leur quotidien : c'est le sentiment qu'expriment les infirmiers ou les aides-soignants. Pourtant, la bataille contre l'épidémie est loin d'être finie.

"Testez, testez, testez", martèle l'OMS pour combattre le coronavirus. Mais tester qui et pourquoi? Efficace dans un pays-modèle comme la Corée du Sud, la stratégie de dépistage massif ne peut pas s'appliquer partout de la même manière en l'état actuel des choses, soulignent des experts.

Depuis des semaines, à travers toute l'Asie, les autorités ont intensifié leurs efforts pour ralentir le coronavirus. Mais une seconde vague de contaminations est enregistrée dans des régions qui pensaient l'épidémie sous contrôle.