Tout sur COP21

La COP21 a permis un accord historique, mais atteindre ses indispensables objectifs pour éviter une catastrophe climatique est un chantier immense, et pétrole de gaz resteront incontournables, ont prévenu les responsables réunis cette semaine à Davos.

Les ONG Greenpeace et WWF saluent l'objectif repris dans le projet final d'accord climatique mondial, négocié à Paris dans le cadre de la COP21, se réjouissant de la volonté affichée de contenir le réchauffement climatique "bien en-deçà de 2°C" avec des efforts supplémentaires pour limiter la hausse du mercure à 1,5°C.

Le ministre français des Affaires étrangères et président de la COP21 Laurent Fabius, le secrétaire général de l'ON, Ban Ki-moon, et le président français François Hollande ont exhorté samedi, lors d'une réunion solennelle et empreinte d'émotions du "Comité de Paris", l'organe qui chapeaute les négociations climatiques en cours au Bourget, à l'adoption du projet final d'accord mondial sur le climat soumis dans la foulée aux 196 pays négociateurs.

Grandes manoeuvres diplomatiques et ultimes consultations ont été menées toute la journée vendredi à la conférence de Paris pour que puisse être scellé samedi un accord mondial sur le climat susceptible d'épargner à la planète les conséquences les plus dramatiques du réchauffement.

Le projet d'accord final pour lutter contre le réchauffement de la planète a été repoussé de vendredi à samedi matin, a-t-on appris auprès de la présidence française de la conférence mondiale sur le climat.

Répartition des efforts entre pays développés et en développement, financements, ambition de l'accord: au terme d'une longue nuit de pourparlers, la pression s'accentuait jeudi sur les négociateurs de la conférence sur le climat pour régler les principaux points de désaccords à moins de 36 heures de la clôture officielle

Le sprint final pour arriver à un pacte mondial pour contrer le réchauffement inédit de la planète a été enclenché mercredi à deux jours de la fin de la conférence de Paris avec un projet d'accord soumis aux négociateurs des 195 pays.

"Le monde a changé!": l'antienne des pays développés est martelée quotidiennement aux négociations sur le climat de Paris. Cette volonté d'assouplir la sacro-sainte ligne de partage entre pays du Nord et du Sud et les obligations qui en découlent est au coeur d'une bataille rangée.

Vendredi soir, les quatre ministres en charge de l'Environnement et du climat ont enfin abouti à un accord sur la répartition interne de leurs obligations climatiques européennes d'ici à 2020. Portant sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la contribution belge au financement climatique, la production d'énergies renouvelables et les revenus des enchères sur les quotas de CO2, la décision survient près de 6 ans après que le paquet " Energie et Climat " de l'Union européenne a été voté.

Les générations actuelles vont être témoins de profondes métamorphoses sociales, économiques et climatiques, désirées ou subies. Noyés dans un flot constant de nouvelles catastrophiques surmédiatisées, des proches me rétorquent souvent : "Mais qu'est-ce que je peux y faire, moi ?" Justement, beaucoup.