Tout sur Conseil supérieur de l'audiovisuel

Le Conseil d'administration de la RTBF a consacré vendredi 2 heures 30 de débats à la question des rémunérations. La discussion, à laquelle a partiellement participé M. Philippot, s'est cependant révélée "ouverte", même si les termes du communiqué publié à l'issue de la réunion ont dû être soigneusement pesés, a-t-on appris à source proche du Conseil.

Le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) a jugé partiellement fondée une plainte qui visait un débat sur la sécurité routière diffusé sur l'antenne de Vivacité dans l'émission "C'est vous qui le dites" présentée à l'époque par Benjamin Maréchal.

Le nombre de plaintes auprès du CSA a augmenté de près de 150% entre 2016 et 2017 avec 392 plaintes enregistrées l'année dernière, ressort-il du rapport annuel du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) présenté jeudi après-midi. Celles-ci ont abouti à l'ouverture de 28 instructions.

Nos télévisions entretiennent inégalités et stéréotypes dans leurs programmes et en interne. Femmes, personnes issues de la diversité, handicapés, seniors en font les frais. Le nouveau baromètre 2018 du CSA sur la diversité et l'égalité le vérifie, chiffres à l'appui.

Le gendarme de l'audiovisuel français a révoqué mercredi le président de Radio France Mathieu Gallet, après sa condamnation pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel (INA), qui avait poussé le gouvernement à réclamer son départ.

"Rouler au-delà de 60-70km/h quand on approche une troupe de scouts, c'est forcément un risque ou pas toujours?" Deux jours après la mort accidentelle d'un jeune scout percuté par une voiture à Pecq, l'émission "C'est vous qui le dites" posait en ces termes la question à ses auditeurs de la radio Vivacité (RTBF).

RTL Belgium a bien été avertie de l'ouverture d'une instruction par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) au sujet de l'émission "Mariés au premier regard", diffusée sur RTL-TVI. "Nous dépendons d'une seule autorité de régulation, l'Alia, qui est l'autorité luxembourgeoise", réagit cependant ce mardi le groupe audiovisuel privé, qui refuse de répondre aux questions sur le fond du dossier.

Le ministre des Médias, Jean-Claude Marcourt (PS, photo), a peu apprécié, c'est un euphémisme, la fuite de son projet de décret sur les services de médias audiovisuels et le plan de fréquences dans Le Vif/L'Express du 2 juin dernier ("Le décret caché de Jean-Claude Marcourt").