Tout sur Communauté germanophone

Un total de 676.405 doses de vaccin contre le coronavirus avait été livré aux hôpitaux belges et centres de vaccination à la date du 14 février, selon les chiffres hebdomadaires de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) publiés mardi. Les premières doses du vaccin AstraZeneca sont arrivées, bien que dans un nombre limité.

En moyenne, 267 nouvelles admissions quotidiennes à l'hôpital en raison du coronavirus ont été enregistrées en Belgique entre le 13 et 19 octobre derniers (+95%), ressort-il des chiffres publiés sur le site info-coronavirus.be mardi. Le nombre moyen de nouvelles contaminations par jour, calculé entre le 10 et le 16 octobre, atteint 8.422 (+69%). Le nombre d'hospitalisations depuis le 15 mars s'élève à 23.531.

Le mot d'ordre est clair : le 1er septembre, tout le monde reprend les cours, à l'école et pas à distance, avec masque et sans regroupement de parents aux grilles. Soit les mesures prévues par le code jaune, sur l'échelle de gravité des risques dus à la pandémie. Mais en fonction des lieux et de l'évolution du virus, les consignes peuvent changer.

C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai suivi dimanche matin l'interview d'Olivier Paasch, le Ministre-Président de la Communauté germanophone, dans l'émission " C'est pas tous les jours dimanche " diffusée sur RTL-TVI. Il est en effet rare de voir un représentant de la communauté linguistique d'où je suis née, où j'ai grandi et je vis actuellement, s'exprimer en direct sur une grande chaine de télévision francophone.

Comme à chaque fois, ils sont entrés dans le bureau de vote. Après avoir présenté leur carte d'identité, ils ont reçu leur bulletin. Dans l'isoloir, ils l'ont soigneusement complété. Ils ont ensuite déposé le document dans l'urne, avant de s'en aller. Comme à chaque fois. Sauf que ce vote est... historique ! C'est la première fois, en Belgique, que des citoyens peuvent élire directement les membres d'une entité fédérée. En ce 10 mars 1974, les germanophones montrent la voie.

Incorporés à la hussarde il y a cent ans, en butte au délit de " sale boche " à leur libération des nazis voici septante-cinq ans, les cantons de l'Est auraient des raisons de maudire la Belgique. Trêve d'aigreur : ils ne s'y sont jamais si bien sentis.

Le transfert, par la Wallonie, de nouvelles compétences régionales à la Communauté germanophone requiert un laborieux travail préparatoire, à l'est du pays. La Deutschsprachige Gemeinschaft (DG) hérite, à partir de 2020, du logement, de l'urbanisme, de l'aménagement du territoire et des primes énergétiques.