Tout sur Comité P

Certains agents de police ont tellement peur de plaintes ou de sanctions qu'ils n'osent pratiquement pas intervenir sur le terrain, ressort-il d'un audit de la police de Louvain que Het laatste Nieuws a consulté.

"Le policier qui a tiré est défait et abattu, il n'a jamais voulu, ni imaginé cela", a déclaré mardi le procureur général de Mons Ignacio De la Serna, au sujet du décès de Mawda, la petite fille kurde tuée d'un coup de feu jeudi dernier lors d'une course poursuite entre la police et une camionnette transportant des migrants, sur la E42 vers Maisières.

Poursuivie par la police depuis Namur sur l'E19/E42, une camionnette a été interceptée, jeudi matin, à Mons. Le véhicule transportait une trentaine de migrants. Dans cette camionnette, les services de secours ont trouvé une fillette âgée de deux ans. L'enfant est décédé lors de son transfert en milieu hospitalier.

Le Comité P révèle l'incapacité des forces de police du pays à réagir en cas de manifestations ou d'événements majeurs, et mettent en cause le manque d'effectifs, de formation et de communication entre les différentes zones de police, rapportent jeudi L'Echo et De Tijd. Les quotidiens se basent sur un nouveau rapport discuté à huis clos mercredi à la Chambre.

Près de 300 plaintes de citoyens solidaires avec les migrants du parc Maximilien ont été déposées lundi matin au Comité P à Bruxelles pour dénoncer des vols avec détérioration et des atteintes aux droits de l'Homme, a indiqué Philippe Mercenier, citoyen liégeois à l'initiative du collectif wallon d'aide aux réfugiés qui a écrit la plainte avec l'avocat Jean-Marie Dermagne.

Les services de contrôle de la police, l'inspection générale, connaissent une pénurie de main-d'oeuvre de 25%, rapporte Het Nieuwsblad dimanche. Le patron du service est retraité, mais continue à assurer son service tant qu'il n'a pas de successeur.

Le Comité P s'inquiète d'un problème de capacité de mobilisation des pelotons d'intervention en situation de crise, selon un rapport de l'organe cité par La Dernière Heure mercredi. "Le Comité P peut dire qu'il s'inquiète mais nous sommes en train de combler les manquements", a rassuré la porte-parole du ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA).

La Commission vie privée a reçu un certain nombre de plaintes et de questions de citoyens inquiets qui se sont vu refuser l'accès au festival Tomorowland "pour des raisons de sécurité", sur base d'un screening de la police fédérale. "Nous n'avons en aucune façon été impliqués dans ce contrôle général préventif qui est problématique sur plusieurs points", affirme la commission qui a lancé une enquête sur le sujet.

Cette semaine, la Commission d'enquête sur les attentats de Bruxelles devrait faire le point sur la sécurité en Belgique. Elle souhaite mettre fin aux effets pervers de différentes primes des policiers afin que les bonnes personnes occupent les bons postes.

Dans le dossier naturalisation de la famille Chodiev, le commissaire de la police de Waterloo a fait preuve d'une extrême bienveillance, en tout cas à l'égard de l'épouse de l'oligarque. C'est ce qui ressort du rapport du Comité P qui vient d'être présenté devant la commission d'enquête parlementaire sur le Kazakhgate.

Le Vif/L'Express et De Standaard ont retrouvé l'agent de quartier de la police de Waterloo qui a établi un rapport sur Patokh Chodiev, fin 1996, suite à sa demande de naturalisation. Le PV qu'il a alors rédigé était bien négatif, en raison d'informations alarmantes de la Sûreté de l'Etat. Ce qui n'aurait pas plu à son commissaire de l'époque Michel Vandewalle ni au bourgmestre Kubla. Ce policier demande à être entendu par la commission Kazakhgate pour s'expliquer. Révélations.