Tout sur Comité national des pensions

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, presse ses partenaires de majorité de s'accorder sur la réforme des critères de pénibilité dans la fonction publique. Si un accord n'est pas obtenu rapidement, il redoute que cette vaste réforme ne se déroule plus sous cette législature.

Le gouvernement Michel est engagé dans une vaste réforme des pensions qui commence à produire ses effets. D'autres conséquences se feront sentir plus tard et certaines mesures doivent encore être précisées. Mais un premier bilan permet déjà de faire le tri entre ceux qui tireront leur épingle du jeu... et tous les autres. Qui perd, qui gagne ? Les différents statuts sous la loupe.

Le ministre fédéral des Pensions, Daniel Bacquelaine, a durci le ton lundi à l'égard des syndicats en enjoignant aux partenaires sociaux de définir, avant l'été, une proposition précise sur les critères de pénibilité à prendre en compte dans les droits à la pension, sans quoi lui-même "prendra ses responsabilités".

Le Comité national des Pensions (CNP) a approuvé officiellement un rapport sur la reconnaissance de pénibilité en matière de pension, sur lequel les partenaires sociaux s'étaient accordés à la fin du mois d'août, annonce le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, lundi dans un communiqué.

Les partenaires sociaux, réunis au sein du Comité national des Pensions (CNP), se sont mis d'accord sur un premier rapport relatif à la reconnaissance de pénibilité en matière de pension, a annoncé le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, évoquant le franchissement d'une "première étape" dans un dossier particulièrement épineux.

Syndicats et employeurs n'ont toujours pas réussi mardi à dégager un compromis au sein du Comité national des pensions sur une définition claire d'un métier pénible. Une nouvelle tentative de boucler un accord est prévue ce jeudi, a-t-on appris de sources proches des négociateurs.