Tout sur Comité de concertation

A la Chambre, le Premier ministre annonce des perspectives pour les activités en extérieur, moins à risque, tout en restant prudent: "il ne faut pas faire une sur-offre d'assouplissements". Le MR réclame davantage que la seule bulle extérieure élargie. Plusieurs députés insistent pour que l'on presse vraiment le pas de la vaccination.

Le ministre wallon de l'Economie Willy Borsus plaide au gouvernement wallon pour de nouvelles aides "significatives" aux secteurs qui restent touchés par les mesures sanitaires, dans la perspective d'une réouverture balisée à partir de début avril, a-t-il indiqué lundi sur LN24.

L'infectiologue Erika Vlieghe, présidente du Gems (le Groupe d'experts pour la stratégie de gestion du Covid-19), s'inquiète de la décision du Comité de concertation de vendredi de rouvrir les salons de coiffure à partir du 13 février. "Une nette augmentation des contacts est une nette augmentation du risque de propagation", a-t-elle déclaré vendredi dans l'émission Terzake.

Si Lorenzo Serra, porte-parole de la Brussels by night Federation, s'attendait à ce que le Comité de concertation n'aborde pas le secteur de la nuit ce vendredi, il déplore toutefois qu'aucune perspective n'ait été donnée, estimant qu'un "être humain en a besoin pour vivre".

La police disposera des données nécessaires à partir du 1er avril pour sanctionner les personnes qui doivent se faire tester mais ne le font pas, de retour d'une zone rouge par exemple, a annoncé le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, à l'issue du comité de concertation.

Au début de la première vague, "c'était le règne de la débrouille", ont raconté vendredi Katrien Bervoets, présidente a.i. de la "Vlaamse Vereniging Hoofdartsen" et Manfredi Ventura, président de l'Association Francophone des Médecins-Chefs devant la commission spéciale Covid de la Chambre.