Tout sur colère

Quel employé n'a jamais eu l'irrésistible envie de démolir une imprimante trop récalcitrante, de hurler sur un collègue horripilant ou un logiciel qui plante ? Laisser s'exprimer ouvertement sa colère au bureau est une attitude encore taboue, mais des solutions existent pour se soulager de ce poids.

Si les secteurs laitier et porcin traversent une grave crise, la filière bovine n'est pas en reste et fait face à des problèmes "structurels", au détriment des producteurs de viande bovine, dénonce la fédération wallonne de l'agriculture (FWA). A l'initiative de cette dernière, quelques dizaines d'agriculteurs se rendront jeudi matin au domicile des ministres fédéral (7h) et wallon (8h) de l'Agriculture, MM. Borsus et Collin, pour les "réveiller".

La réunion qui s'est déroulée vendredi entre divers syndicats agricoles et Comeos, la fédération belge du commerce, n'a débouché sur aucun accord, indique Erwin Schöpges, du syndicat MIG, l'association de producteurs de lait belges (Milcherzeuger Interessengemeinschaft).

Les membres de la Fédération belge des motards en colère (FBMC) ont tagué des centaines de trous et ornières sur les routes wallonnes, mardi dans le cadre d'une vaste action de sensibilisation aux dangers, pour les usagers faibles, de l'utilisation d'infrastructures routières dégradées.

C'est en comparant plusieurs analyses réalisées précédemment sur le même sujet que les chercheurs du centre médical de Boston sont arrivés à la conclusion suivante : "Il y a un risque accru d'accident cardiovasculaire peu de temps après un coup de colère". En effet, dans les deux heures qui suivent de grosses crises de colère, les individus auraient plus de risque de souffrir d'une crise cardiaque ou d'un AVC, selon l'étude publiée dans la revue spécialisée The European Heart Journal.