Tout sur Cocof

La plupart des membres du personnel des instituts Redouté-Peiffer, Emile Gryzon mais aussi de l'institut d'enseignement spécialisé Herlin ont marqué vendredi un arrêt de travail d'une heure à 10h20 pour demander la fermeture immédiate de leurs établissements, sans attendre les vacances scolaires, étant donné les clusters à l'oeuvre, a indiqué en matinée Michel Oeyen, président de la section Bruxelles-Capitale du SLFP-Enseignement au nom des trois syndicats en front commun.

La Commission Communautaire française (CoCof) de Bruxelles introduira prochainement un recours en annulation devant la Cour constitutionnelle des dernières modifications du code de la nationalité, a annoncé vendredi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), à l'initiative de cette démarche.

Les députés francophones bruxellois ont donné mardi leur feu vert, majorité (PS-DéFI-cdH) contre opposition (MR-Ecolo-PTB), au projet de budget pour l'année 2018 de la Cocof, l'institution en charge d'une série de matières essentiellement sociales gérées au profit du million d'habitants francophones de la capitale. Le vote a eu lieu en deux temps, faute de quorum dans la majorité.

Le groupe cdH du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a déposé vendredi une motion en conflit d'intérêts contre le projet de la loi de la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, organisant la répartition des quotas INAMI.

En raison du boom démographique à Bruxelles et de l'augmentation de la population scolaire qu'il entraîne, l'organisation des temps de midi dans les écoles maternelles et primaires de la capitale est de plus en plus source de stress, d'agitation et de conflits, le tout dans un bruit souvent jugé excessif.

Les asbl Cumuleo et Anticor ont indiqué avoir envoyé lundi un courrier au ministre-président bruxellois Rudi Vervoort à la suite de ce qu'ils qualifient de "découverte d'un conflit d'intérêts et d'un faux et usage de faux dans le chef de son directeur de cabinet Yves Goldstein".

Le parcours d'intégration pour les primo-arrivants voit le jour à Bruxelles. Mais il n'est pas encore obligatoire, en dépit de l'engagement en ce sens du gouvernement Vervoort.