Tout sur citoyen

L'austérité. Vous la connaissez. On ne parle que d'elle depuis des années. Est "austère" - du latin austerus, "sec, rude, âpre" - celui "qui se montre sévère pour soi, ne s'accorde aucun luxe ou plaisir".

Les scandales politiques à répétition dont le feuilleton Publifin n'est qu'un maillon, l'indécence de certains salaires, l'affairisme, les détournements financiers... et le durcissement des crises économiques et sociales dégradent la confiance et vident la démocratie représentative de son essence.

Les partis ont désormais pour unique mission d'accéder au pouvoir et de s'y maintenir le plus longtemps possible. Influencés par divers lobbies de plus en plus puissants, tous les partis finissent par renier leurs valeurs. Or, il existe des alternatives démocratiques à la particratie.

Il n'est pas fortuit que les deux pays européens aujourd'hui les plus généreux dans l'accueil des candidats réfugiés, l'Allemagne et l'Autriche, soient dirigés par des alliances entre chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates, entre la droite et la gauche.

L'aide aux demandeurs d'asile aux portes de l'Office des Etrangers à Bruxelles s'organise peu à peu sur les réseaux sociaux, où les initiatives citoyennes se multiplient depuis le début de la semaine. La page "Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés Bruxelles" a notamment été créée sur Facebook, afin de centraliser et coordonner l'aide citoyenne.

Il nous semble que toute vie en société est basée sur une série de contrats entre l'individu et son entourage. Ces contrats sont bien évidemment différents suivant la culture, l'environnement qui nous a vu naître, mais chaque individu grandit avec l'apprentissage, la connaissance des différents contrats qui l'entourent.

Le PS demande au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles d'étudier la création d'un "cours de citoyenneté et d'introduction à la philosophie" centré sur le questionnement philosophique, doté de référentiels et de socles spécifiques, selon un communiqué du groupe socialiste au Parlement qui a annoncé le dépôt lundi d'une proposition de résolution.

Le G1000 a remis dimanche ses conclusions sur le thème qu'il a choisi: l'emploi et la façon d'aborder le travail dans notre société. Parmi les premières préoccupations de ce grand panel citoyen, figurent l'inégalité entre les revenus et la réduction des écarts entre ceux-ci. Et dans cette optique, un saut d'index n'est, selon lui, pas souhaitable.

Le PS s'est félicité dimanche du fait que les premiers à participer à l'effort budgétaire soient les fraudeurs et les spéculateurs, notamment via l'augmentation des taux sur les transactions financières, l'interdiction de certains montages visant à éluder l'impôt ou encore l'augmentation de la cotisation bancaire pour les banques qui organisent une fuite de l'épargne belge vers l'étranger.