Tout sur Ciré

L'arrêté royal régissant la détention des familles en séjour illégal a été publié et il entrera en vigueur dans dix jours, déplore mercredi le Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés). "C'est un jour noir pour les droits de l'enfant, pour les droits humains fondamentaux et pour la démocratie belge", dénonce l'association dans un communiqué.

Les associations Le Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers) et Médecins du monde ont réagi outrées ce samedi au projet de réforme de l'aide médicale aux sans-papiers annoncée dans La Dernière Heure par le ministre en charge de l'Intégration sociale, Denis Ducarme (MR).

Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, propose de dégager 500.000 euros qui serviront à financer un centre d'accueil des migrants qui se trouvent dans le quartier de la gare du Nord, a-t-on appris vendredi en début de soirée auprès de son cabinet. De source proche des associations humanitaires, l'on a précisé que ce centre fournirait un hébergement de nuit. Le gouvernement régional ne s'est pas encore accordé formellement sur la question, contrairement aux premières informations qui ont circulé.

En Flandre, un projet pilote est mis sur les rails pour accélérer l'accueil des réfugiés au sein de familles. En Wallonie et à Bruxelles, d'autres initiatives existent qui permettent aux citoyens belges de leur proposer un toit.

Six pays des Balkans ainsi que l'Inde ont été catalogués vendredi par le conseil des ministres sur une "liste de pays sûrs", un nouvel outil gouvernemental destiné à améliorer et accélérer le traitement des demandes d'asile. Pour le Ciré ce n'est pas une solution miracle.

Pour Fred Mawet, directrice de l'ASBL Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Étrangers (CIRE), l'accord sur l'asile et les politiques de migrations intervenu hier est globalement positif, "mais c'est bien la moindre des choses", selon elle et ça ne changera pas le problème pour cet hiver.

Plusieurs associations se sont rassemblées dimanche place Fernand Cocq, à Ixelles, dans le cadre de la Journée mondiale du réfugié. Elles ont manifesté pour "une harmonisation de la politique d'asile à l'échelle européenne." L'événement, organisé en même temps que la Fête de la musique, a attiré quelque 500 personnes, selon la Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers).