Tout sur Christoph D'Haese

"Il y a des limites à la solidarité médicale, et je crois que cette limite est maintenant atteinte. Je suppose raisonnablement que le principe de base devrait être qu'un patient d'Alost devrait pouvoir aller dans un hôpital d'Alost, c'est aussi la chose la plus responsable médicalement à mon avis", a déclaré le bourgmestre (NV-A) d'Alost en réagissant aux transferts des patients des services des soins intensifs bruxellois saturés vers les hôpitaux périphériques en Flandre et en Wallonie.

Le bourgmestre d'Alost, Christoph D'Haese (N-VA), veut pouvoir refuser les patients bruxellois atteints de coronavirus. "Les limites de notre solidarité médicale ont été atteintes", déclare-t-il à la VRT. Une politique d'Alostois d'abord qui suscite l'indignation d'autant que le plus grand hôpital d'Alost dément que la capacité maximale a été atteinte.

Publié sur la page Facebook du bourgmestre d'Alost Christoph D'Haese (N-VA), un aftermovie du carnaval d'Alost a provoqué des centaines de commentaires négatifs. L'homme politique y est qualifié de "porc antisémite" et les internautes lui reprochent notamment son manque d'empathie. La ville de Flandre orientale a été l'objet de critiques nationales et internationales dimanche, à cause de la réapparition de caricatures juives au sein du cortège.

Le bourgmestre d'Alost, Christoph D'Haese (N-VA), s'oppose catégoriquement à l'appel du ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, à interdire le carnaval d'Alost. "Il ne semble pas comprendre les fondements d'une société libre", réagit-il. "Ce n'est pas à un ministre étranger de décider de ce qui devrait être autorisé ou non à Alost", déclare M. D'Haese. "Je déciderai de cela moi-même."

Une crise politique locale secoue la ville flamande d'Alost, en Flandre orientale, où le collège des bourgmestre et échevins a annoncé lundi avoir décidé d'exclure une échevine CD&V qui en fait partie. Ilse Uyttersprot (CD&V) se voit ainsi retirées les compétences du Sport, de la Culture, de la Jeunesse, du Temps libre, des Fabriques d'église et du Bâtiment, qui seront désormais exercées de manière collective par le collège.

Les trois familles qui ont reçu des menaces racistes dans leur boite aux lettres vont déposer plainte contre X vendredi, a indiqué jeudi leur avocat Abderrahim Lahlali. "Elles sont terrorisées par un voisin qui utilise le même langage que l'auteur des lettres anonymes. Elles pensent qu'il s'agit du même homme. Elles accusent aussi la police de négligence pour n'avoir pas agi."