Tout sur Christine Defraigne

Christine Defraigne, échevine de la Ville de Liège, ex-présidente du Sénat et candidate malheureuse à la présidence du MR, soutiendra Denis Ducarme dans le duel qui l'oppose à George-Louis Bouchez pour succéder à Charles Michel à la tête du parti, indique-t-elle dans Le Soir.

Les interventions en radio sur La Première (RTBF) mercredi matin des deux candidats du second tour de l'élection présidentielle du MR ont pris une drôle de tournure: selon les journalistes de l'émission Matin Première, Denis Ducarme a refusé de débattre avec Georges-Louis Bouchez, les deux hommes se succédant finalement dans le studio radio sans s'y faire face.

Qui sera le futur président du Mouvement réformateur, appelé à marcher sur les traces de Charles Michel et d'Olivier Chastel? Le dépouillement des votes des membres du parti a lieu ce mardi dans l'après-midi, après récolte des dernières enveloppes à midi.

Les membres du MR sont invités à voter par correspondance dès ce lundi pour désigner le futur président de leur parti. Cinq candidats sont en lice pour succéder à Charles Michel: le ministre fédéral Denis Ducarme, le sénateur coopté Georges-Louis Bouchez, le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, la première échevine de Liège, Christine Defraigne, et enfin la députée bruxelloise Clémentine Barzin.

Les membres du MR sont invités à voter par correspondance dès ce lundi pour désigner le futur président de leur parti. Cinq candidats sont en lice pour succéder à Charles Michel: le ministre fédéral Denis Ducarme, le sénateur coopté Georges-Louis Bouchez, le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, la première échevine de Liège, Christine Defraigne, et enfin la députée bruxelloise Clémentine Barzin.

Le conseil de parti du MR, réuni ce lundi matin pour statuer sur la recevabilité des candidatures à l'élection à la présidence, a validé 5 candidatures, dont celle de Christine Defraigne malgré le fait que cette dernière ne siège pas au comité général du parti, a fait savoir le MR.

L'appel aux candidats pour la présidence du MR, afin de remplacer Charles Michel, par ailleurs Premier ministre fédéral démissionnaire mais futur président du Conseil européen, s'est clôturé vendredi à 16h00 avec un nombre sans précédent de candidats - cinq, dont deux femmes, avec la candidature de dernière minute de la députée bruxelloise Clémentine Barzin -, dans l'attente de la suite de la procédure.

Au MR, les candidatures déclarées de George-Louis Bouchez et de Denis Ducarme à la présidence du parti ne font pas l'unanimité. Christine Defraigne, première échevine à Liège et ancienne présidente du Sénat, a ainsi fait part, dans un courrier adressé entre autres à Charles Michel qui a fuité sur Twitter, "des plus expresses réserves sur la procédure électorale interne au MR", dénonçant au passage "une confiscation du pouvoir et une dérive anti-démocratique".

Les deux partenaires de la majorité communale liégeoise, PS et MR, demandent à leurs fédérations politiques respectives de réunir leurs représentants au conseil d'administration d'Enodia (ex-Publifin) afin de leur donner mandat de ne prendre aucune décision de vente lors de la réunion prévue le 25 septembre, ont-ils fait savoir vendredi à l'issue du collège.

Le conflit d'intérêts d'Alain Destexhe avec l'Azerbaïdjan, qui lui a valu d'être exclu à vie du Conseil de l'Europe, pourrait bien saper les ambitions de Didier Reynders à Strasbourg. D'autant que le sénateur MR n'a fait l'objet d'aucunes mesures en Belgique.