Tout sur Charles Michel

Le président du MR, qui est aussi l'homme tweetant plus vite que son ombre, tape sur le système de ses rivaux. Et s'en félicite. On temporise pourtant, à l'heure où les rapports de force fédéraux se reconstruisent.

Ambitieuse ? Personne ne dirige un pays sans l'être. Mais Sophie Wilmès est d'abord une première de classe. Une obsédée du détail et de la perfection, qui travaille à en épuiser ses équipes. Une bonne vivante, aussi, qui se réjouit de pouvoir boire à nouveau du vin blanc sur la plage de Knokke.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont entériné jeudi le plan d'urgence à 540 milliards d'euros élaboré par les ministres des Finances pour répondre dans l'immédiat au choc économique de la crise du coronavirus.

Détricoter les mesures restrictives imposées à travers l'Europe (et le monde) pour limiter la propagation du coronavirus devra se faire progressivement et sans précipitation, en "sur mesure" pour chaque État touché par la pandémie, a observé mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. En collaboration avec le Conseil européen, l'exécutif a publié le même jour une "feuille de route" qui devra guider et encadrer les États membres dans la conception et la mise en place de leurs stratégies respectives de sortie de crise (et de confinement).

Dans l'approche européenne de la crise de la covid-19, ce sont les États membres qui manquent à leurs devoirs, estime le professeur Steven Van Hecke (KU Leuven). "Si vous abandonnez les Italiens à leur sort maintenant, dans deux ans, Salvini sera Premier ministre italien et ce sera avec lui qu'il faudra négocier."

Grand rendez-vous des dirigeants européens, il rythme l'Histoire de l'Union : le sommet européen, antre des tractations au plus haut niveau et théâtre de coups d'éclat, s'organise depuis une semaine par visioconférence, un format de temps de crise sanitaire, efficace mais peu approprié aux négociations complexes.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne ont marqué leur accord unanime mardi sur une interdiction d'entrée des personnes dans l'UE pour 30 jours, pour les voyages jugés non essentiels, ont indiqué les présidents de la Commission et du Conseil, Ursula von der Leyen et Charles Michel, à l'issue d'une vidéoconférence de trois heures sur les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus.

La crise fédérale s'éternise, et plus personne n'a l'air d'y voir une issue. Mais, au MR, les ministres fédéraux sortants craignent pour leur avenir : dans une coalition Vivaldi, il n'y aura plus de place pour tout le monde.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé mardi soir qu'un "fonds d'investissement de réponse au coronavirus" sera prochainement créé, qui pourrait "rapidement atteindre 25 milliards d'euros" de force d'investissement au bénéfice des PME, du marché de l'emploi, et plus largement des "parties les plus vulnérables de notre économie" qui souffre de la propagation du Covid-19.

La Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a évoqué lundi la nécessité de mener des enquêtes sur des cas allégués de violence excessive aux frontières extérieures de l'UE, en marge d'une conférence de presse sur les 100 premiers jours de son mandat. Elle a aussi insisté sur le principe d'offrir aux candidats réfugiés la possibilité de demander l'asile.