Tout sur Changement climatique

Le sommet international du 12 décembre prochain, marquant les cinq ans de l'Accord de Paris, représente un moment clé pour la justice climatique et le financement climat international. La Belgique, qui s'était présentée les poches vides il y a cinq ans, doit assumer sa juste part du financement climat.

Les performances de la Belgique en matière de lutte contre les changements climatiques sont en dessous de la moyenne, selon un classement établi par des ONG environnementales et publié mardi à l'occasion de la COP25 à Madrid, en Espagne. Notre pays descend de la 31e à la 35e place du "Climate Change Performance Index 2020".

La 25e Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP25) débute à Madrid. Ce sommet devait initialement se tenir à Santiago mais le président chilien a préféré renoncer. Les COP rassemblent couramment 10.000 personnes: il fallait éviter qu'elles puissent témoigner de la sauvage répression policière du soulèvement contre la politique ultra-libérale du gouvernement Pinera.

Les principes de Nuremberg (2) impliquent que toute personne ayant connaissance de crimes contre l'humanité et ayant la possibilité de s'y opposer soit dans l'obligation d'intervenir. Ni les ordres d'un supérieur ni une législation nationale (y compris le droit pénal) ne représentent une justification pour ne pas agir.

Les prévisions liées au changement climatique n'en font pas mystère : les pays du Nord devront faire face à l'avenir à des épisodes pluvieux bien plus violents et abondants. Les villes étant, de par le monde, bâties sur le principe du " tout en béton " incapable d'absorber les excès d'eau, la fréquence des inondations urbaines et leur ampleur devraient s'accroître dans les prochaines années.

Record de chaleur battu en Belgique, printemps précoce sur la France ou la Scandinavie mais neige en Turquie et en Grèce: la météo est sens dessus dessous en Europe en ce mois de février, nouveau signe possible du dérèglement climatique.

Il faut de toute urgence radicaliser le combat pour le climat. À partir d'un réchauffement de 2°C, la Terre pourrait basculer dans un régime de " planète étuve ". Un cataclysme inimaginable, avec une hausse des océans de 12 mètres au moins et une biodiversité effondrée. Si l'humanité survivait ce serait au prix de l'élimination des plus pauvres dans les pays pauvres, qui sont les moins responsables du changement climatique !