Tout sur cerveau

Le cerveau des enfants qui passent beaucoup de temps sur les écrans apparaît modifié, selon les résultats préliminaires d'une étude ambitieuse menée par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) et révélés par la chaîne CBS.

Bouger ne sollicite pas que nos muscles, notre coeur et nos poumons : le cerveau aussi participe à l'effort... et en retire d'amples bénéfices ! Levons un coin du voile sur quelques-uns de ses secrets.

Les bienfaits d'une activité physique sur le cerveau ont déjà fait l'objet d'articles dans cette revue. Bodytalk prône en effet de bouger... Mais que faire après 50 ans pour conserver un cerveau jeune ?

La xénoglossie ou xénolalie désigne la faculté de parler une langue étrangère sans l'avoir apprise, c'est l' expérience linguistique étrange qu'a vécue un adolescent américain après avoir reçu un coup sur la tête. Et il n'est pas le seul dans le cas. Explications.

Votre cerveau a besoin de nutriments spécifiques pour fonctionner à plein régime. Voici, selon la BBC, quelques aliments qui font du bien à votre matière grise.

Mal exploitée en médecine, l'autoguérison est un phénomène naturel, une force intérieure que tout le monde possède. A tout âge, il est possible de l'amplifier pour prévenir et lutter contre les maladies. Entretien avec le neurologue Michel Dib.

Le virus Zika, déjà accusé d'être à l'origine d'atteintes du cerveau de bébés, à la moelle épinière et du syndrome neurologique de Guillain-Barré, peut aussi provoquer une grave infection du cerveau chez l'adulte, pouvant occasionner un coma, avertissent des médecins français.

Se lancer dans un nouveau sport au cours de sa vie, tels que la natation, le vélo ou encore le snowboard, peut renforcer et même modifier le cerveau, d'une manière différente que le feraient d'autres activités familières comme les mots-croisés ou les puzzles, selon une nouvelle étude rapportée par le New York Times.

On savait déjà qu'avoir un gros cerveau n'était pas forcément un gage d'intelligence, mais, selon une étude publiée mercredi dans Proceedings B de la Royal Society britannique, cela rimerait même plutôt avec danger d'extinction.

Selon les travaux d'une équipe de chercheurs de l'Université de Kyoto au Japon publiés dans la revue Scientific Reports, le bonheur serait repérable dans le cerveau rapporte le site Sciences et Avenir.