Tout sur Cécile Djunga

"Vous êtes trop noire". Ce n'était pas la première fois que Cécile Djunga l'entendait, celle-là. Mais la fois de trop: 2,66 millions de vues pour son coup de gueule, qui a ouvert un appel à la tolérance. Des événements qui l'ont marquée en 2018, elle retient cette impression d'une société à deux vitesses. Avancées mêlées de régressions.

Quelque 200 personnes se sont réunies dimanche matin sur la place Poelaert à Bruxelles pour protester contre la haine, le racisme et l'islamophobie. La manifestation était organisée par le Collectif contre l'Islamophobie en Belgique (CCIB), sous le slogan 'Trop is te veel'. "Nous constatons ces derniers mois une explosion du nombre d'agressions islamophobes et racistes", s'est insurgé le président du collectif, Mustapha Chairi. "Et notre gouvernement ne fait rien contre."

"En 48 heures, la Belgique s'est réveillée en découvrant les propos racistes assumés et revendiqués par une partie (infime) de la population", observe dans l'édito de L'Avenir Philippe Lawson, en référence au coup de gueule de la présentatrice météo à la RTBF Cécile Djunga victime de racisme et aux révélations de la VRT sur les contenus racistes, sexistes, homophobes, antisémites et pro-nazis échangés au sein du groupe d'ultra-droite flamand Schild & Vrienden. "Les deux principales communautés du royaume sont secouées en même temps par des propos qui font honte", poursuit le directeur des rédactions des Editions de l'Avenir, qui, comme d'autres éditorialistes belges francophones, invite à miser entre autres sur "l'éducation pour lutter contre l'ignorance".