Tout sur Catherine Fonck

Depuis le début de la campagne de vaccination contre le Covid, l'Europe est critiquée pour sa lenteur. Si chaque pays a accès à un nombre de doses en fonction de sa population, l'inoculation de ces doses dépend de la stratégie des Etats membres. Et la Belgique ne fait pas vraiment figure de bon élève.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a appelé tant les responsables politiques que la population à garder leur sang-froid, à la veille d'un nouveau comité de concertation qui évaluera les mesures sanitaires. "Nous ne pouvons pas céder aujourd'hui aux sirènes de la tentation de prendre des décisions téméraires et irréfléchies", a-t-il déclaré. La perspective d'un déconfinement en avril-mai "n'est pas une perspective vague", a-t-il ajouté.

L'opposition a interpellé la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden jeudi à la Chambre, estimant que les mesures sanitaires prises par arrêtés ministériels posaient question en matière de respect des droits fondamentaux.

C'est une proposition du ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. "Rien n'est décidé", précise-t-il. Mais les Communautés sont intéressées et l'opposition presse d'accélérer.

Si pour la task force de vaccination, la première semaine de vaccination s'est bien passée, ce n'est pas l'avis de tous. Pour la députée Catherine Fonck (cdH), les 60 000 doses de vaccins restées au réfrigérateur auraient déjà pu être utilisées.