Tout sur Caroline Sägesser

L'actualité est riche de développements touchant aux relations des pouvoirs publics avec les cultes, que ce soit au niveau fédéral ou des entités fédérées. Elle est également marquée au quotidien par des faits religieux, au sens large. En dépit de cela, notre régime des cultes repose sur des fondations qui remontent aux débuts du 19e siècle et plus personne ne semble songer à en changer, regrette Caroline Sägesser, chargée de recherches au Crisp.

Les polémiques récentes autour du port du voile dans la fonction publique ont, indirectement, relancé un vieux débat assoupi: celui du financement public des cultes. Car si, en théorie, Etat et Eglises sont séparés, dans les faits, le premier finance l'existence des secondes. Pour plus de 250 millions d'euros par an pour le fédéral, la Wallonie et Bruxelles. Dont les catholiques raflent une grande partie. Un système très imparfait, mais une réforme fort peu probable...

"Il est difficile d'imaginer une situation plus pénible qu'aujourd'hui, à moins qu'une armée étrangère n'envahisse la Belgique. Mais même aujourd'hui, la politique ne parvient pas à former un gouvernement de plein exercice", déclare l'historienne belgo-suisse Caroline Sägesser.

On les a annoncés mille fois disparus. Pourtant, les vieux piliers et le clivage philosophique sont encore bien là, notamment pour influencer les difficiles négociations fédérales. Un ouvrage édité par le Crisp en témoigne.