Tout sur Carl Devos

Pour Carl Devos, politicologue flamand très écouté au nord du pays, le revirement à gauche de Charles Michel qui a tenté une sorte de gouvernement de bonne volonté de centre gauche, c'est du jamais-vu. " C'est un aveu d'échec collectif du gouvernement à l'opposition. C'est comme s'il avait dit à l'opposition : 'Vous avez raison, nous avons échoué'. " Le professeur gantois en est resté bouche bée. Nous aussi.

Maintenant que le Premier ministre Charles Michel (MR) a présenté sa démission au Roi, le gouvernement fédéral continuera en affaires courantes jusqu'aux élections prévues le 26 mai prochain, estime le politologue Carl Devos. D'autres options sont néanmoins envisageables. Le point.

Pour le politologue Carl Devos, le parti de Bart De Wever a des soucis à se faire. Les dissensions entre la N-VA et les partis traditionnels pourraient même précipiter la fin du gouvernement Michel et isoler les nationalistes flamands.

Les partenaires de la suédoise fédérale sont prêts à repartir pour une deuxième législature ensemble. Le chemin menant à une reconduction reste pourtant semé d'embûches. Et si cela était moins évident qu'il n'y paraît ?

Le politologue Carl Devos (Universiteit Gent) trouve que les partis politiques doivent mieux, ou en tous cas plus concrètement, expliquer pourquoi le cordon sanitaire autour du Vlaams Belang est encore nécessaire. "L'explication classique et un peu vague que ce parti foule du pied nos valeurs fondamentales et nos libertés n'est plus valable."

Des politologues flamands trouvent que l'on doit pouvoir gouverner avec le Vlaams Belang. Il est moralement acceptable que les populistes d'extrême droite arrivent au pouvoir, disent des experts dans De Morgen. Et ils sont plusieurs à trouver le cordon sanitaire dépassé.