Tout sur Capitole

La police du Capitole disposait avant l'attaque du 6 janvier de plus de renseignements que ce qui était admis jusqu'à présent mais a reçu l'ordre de ne pas faire usage de ses tactiques les plus puissantes, selon un rapport cité mardi soir par les médias américains.

Le FBI qualifie de "terrorisme intérieur" la violente prise d'assaut du Capitole par les partisans de l'ancien président Donald Trump. "Cette attaque était un comportement criminel, ni plus ni moins. Et ce comportement, que nous, le FBI, considérons comme du terrorisme intérieur, n'a pas sa place dans notre démocratie", a déclaré le chef du FBI.

Toujours populaire auprès des électeurs républicains, Donald Trump laisse entendre qu'il pourrait briguer de nouveau la Maison Blanche en 2024. Mais, menacé par des ennuis judiciaires et critiqué pour son rôle dans l'assaut meurtrier du Capitole, il pourrait voir se dresser des obstacles sur la voie d'une nouvelle candidature.

Donald Trump a déclaré mardi la guerre ouverte au chef des républicains du Sénat Mitch McConnell qui l'accuse d'être "responsable" de l'assaut meurtrier du Capitole, un divorce retentissant emblématique des divisions qui déchirent les républicains. L'attaque est sans appel.

Pour la deuxième fois acquitté. L'ex-président américain Donald Trump a échappé samedi à un verdict de culpabilité à l'issue d'un procès historique devant le Sénat américain, qui le jugeait pour son rôle supposé dans les violences du 6 janvier au Capitole.

Le président américain Joe Biden a estimé ce jeudi que le procès de Donald Trump au Sénat avait peut-être fait évoluer les opinions sur son prédécesseur, au lendemain d'un exposé implacable de l'assaut sur le Capitole, ponctué de vidéos chocs et de citations choisies.

Le 19 décembre, une coiffeuse de Beverly Hills répondait à un tweet de Donald Trump qui appelait ses millions d'abonnés à une "grande manifestation" à Washington le 6 janvier. "Venez, ça va être fou!", ajoutait-il."Nous serons là", a promis Gina Bisignano. Au même moment, deux dirigeants du groupe ultranationaliste Proud Boys faisaient des plans pour le 6 janvier.