Tout sur Cannes

Phénomène rarissime - on ne compte que deux précédents, en 1939 et en 1968 -, le plus grand festival de cinéma au monde pourrait être annulé.

La Palme d'or cannoise décernée au Parasite du Coréen Bong Joon-ho symbolise à elle seule le retour en grâce que connaît le cinéma asiatique.

Avec La Belle Epoque, son deuxième long métrage, Nicolas Bedos signe un marivaudage doux-amer qui remonte le temps pour mieux dire l'amour.

A plusieurs hectomètres de la plage, un hydravion dépose quelques jolies sirènes sur un petit canoé. Les photographes ont été prévenus ; ils immortalisent l'instant. Le lendemain, les beautés se retrouvent sur du papier glacé. Car Cannes, c'est déjà du strass et des paillettes. Des vedettes aussi : Edith Piaf, Michèle Morgan, Jean Cocteau... Ils sont tous là.

Où des samouraïs débarquent au Geyser, en pleine carioca, lors de fiançailles gay, devant un Alain Delon mortifié.

Sous des apparences impeccables, le Festival de Cannes cache une réalité moins glamour. Kilos de nourriture jetés, yachts énergivores, atterrissages incessants de jets, berlines transportant les stars sur quelques mètres... Les associations écologistes pointent un "immense gâchis".

L'ouverture, chaotique, du Musée Fin-de-Siècle, relance les polémiques sur la gestion des musées fédéraux et les inquiétudes sur le sort des collections d'art ancien et moderne.