Tout sur burden sharing

Vendredi soir, les quatre ministres en charge de l'Environnement et du climat ont enfin abouti à un accord sur la répartition interne de leurs obligations climatiques européennes d'ici à 2020. Portant sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la contribution belge au financement climatique, la production d'énergies renouvelables et les revenus des enchères sur les quotas de CO2, la décision survient près de 6 ans après que le paquet " Energie et Climat " de l'Union européenne a été voté.

Le Premier ministre Charles Michel a indiqué jeudi à la Chambre que c'est le gouvernement wallon qui, dimanche soir, a repoussé la dernière proposition sur la répartition de l'effort climatique entre entités du pays. "Il ment comme il respire", a aussitôt réagi le ministre-président wallon Paul Magnette à l'agence Belga

Le Premier ministre Charles Michel a rejeté toute difficulté au sein de sa majorité après la remise en cause par la N-VA de l'accord de principe annoncé samedi au sujet de la répartition de l'effort entre entités du pays en vue de lutter contre le réchauffement climatique.

Le gouvernement bruxellois a donné mardi son feu vert à l'accord interministériel intervenu dans la nuit de vendredi à samedi sur la répartition intra-belge de l'effort climatique, que la N-VA a entre-temps dénoncé, a appris l'agence Belga auprès du cabinet de la ministre bruxelloise Céline Fremault, qui présidait les débats entre les trois Régions et le Fédéral. Le gouvernement wallon lui a emboité le pas.

Les ministres en charge de la politique climatique des trois Régions et du Fédéral se sont entendus dans la nuit de vendredi à samedi sur l'épineux dossier du "burden sharing", à quelques semaines de la conférence internationale sur le climat de Paris, a annoncé la ministre bruxelloise Céline Fremault, qui présidait les débats.