Tout sur Bruxelles Environnement

L'administration bruxelloise de l'Environnement et de l'Energie a annoncé mercredi le lancement de la consultation des parties prenantes, parmi lesquelles des représentants du secteur automobile et de la mobilité, des fédérations d'entreprises, des syndicats, des universités et de la société civile, pour recueillir leur avis sur la sortie, à terme, des véhicules dits à "moteur thermique" dans la capitale.

La sécheresse fragilise certains arbres et peut provoquer des chutes de branches, met en garde jeudi Bruxelles Environnement. L'administration recommande au public d'être "très prudent dans les parcs, sous la couronne des arbres, mais également en forêt et aux abords des alignements en voirie, notamment pour les zones de stationnement".

Les automobilistes sont les plus exposés au polluant black carbon, une sous-catégorie des particules fines, en Région de Bruxelles-Capitale avec des niveaux environ cinq fois supérieurs à ceux calculés en air intérieur, selon les conclusions du projet ExpAIR présentées jeudi par Bruxelles Environnement. Les données récoltées pendant plusieurs années ont permis de cartographier la pollution de l'air sur les principaux axes routiers bruxellois.

L'impact économique du bruit des transports (routier, aérien, ferroviaire) en Région bruxelloise atteint 265 millions d'euros, a calculé Bruxelles Environnement sur base de données de 2011, à la demande de la ministre de l'Environnement Céline Fremault. L'information est relayée mercredi par les journaux De Tijd et L'Echo.

Deux ans de travaux, des logements sociaux truffés d'amiante et des inquiétudes à tous les étages : a-t-on pris des risques inconsidérés dans la rénovation de la tour Apollo 1 à Schaerbeek ? Un étrange black-out entoure le dossier. Où chacun tente d'esquiver ses responsabilités.

Depuis 2015, Bruxelles Environnement et le Bral (Mouvement urbain pour Bruxelles) mesurent la pollution de l'air avec un appareil leur permettant de traquer le "black carbon", des particules de très petite taille émises par les processus de combustion. Le projet, intitulé ExpAir, vise à cartographier les concentrations de ces polluants dans l'ensemble de la Région.

Pour s'installer dans son bâtiment passif de verre à Tour & Taxis, l'Institut bruxellois pour la gestion de l'environnement (IBGE) déboursera un loyer annuel de base de 3,6 millions d'euros, contre 1,34 million qu'il paiera en 2014 pour la location de ses immeubles à Woluwe-Saint-Lambert, peut-on lire vendredi dans L'Echo.