Tout sur Bruno Tobback

Les visions défendues par les deux candidats à la présidence du sp.a, le sortant Bruno Tobback et son challenger John Crombez, présentent peu de divergences si l'on s'en tient à leurs déclarations d'intention reçues par les 55.000 membres du parti à l'expiration du délai d'introduction des actes de présentation.

"Les choses sont dorénavant claires. Les élections ont commencé", a réagi l'ancien secrétaire d'Etat John Crombez à l'annonce de la candidature de Bruno Tobback à sa propre succession en tant que président du sp.a. John Crombez était déjà sorti du bois et souhaite bonne chance à son concurrent. Le scrutin se tiendra en juin prochain et d'autres candidats peuvent encore se manifester d'ici là.

La problématique relative aux gens du voyage et la manière avec laquelle le sp.a la traite en tant que parti "figurera évidemment à l'agenda de la prochaine réunion du bureau de parti", écrit le président des socialistes flamands Bruno Tobback samedi dans un communiqué diffusé sur le site du parti. Il réagit ainsi à la lettre rédigée par 45 mandataires sp.a critiquant vertement la façon avec laquelle il a géré la situation à Landen cette semaine.

Quelques jours avant le congrès de la sp.a, son président Bruno Tobback plaide en faveur de davantage de positivisme. "La défiance doit cesser, il n'y a rien de plus absurde pour construire un avenir" a-t-il déclaré dans le journal Metro.

"La N-VA entend continuer à fuir ses responsabilités (...) tous les problèmes sont la faute du fédéral mais quand De Wever se voit offrir la possibilité de diriger le gouvernement fédéral, il dit que cela ne l'intéresse pas", a commenté mardi soir sur Terzake (VRT) le président du sp.a Bruno Tobback. La veille, le président de la N-VA Bart De Wever avait indiqué dans la même émission n'avoir aucun problème à ce que Kris Peeters prenne la direction d'un gouvernement fédéral socio-économique après les élections.

Le président du sp.a Bruno Tobback n'est pas d'accord avec Caroline Gennez. Son idée de changer le système d'indexation des salaires est une fausse bonne idée. "Certes, cela protège les plus bas salaires mais ce n'est pas une solution pour le coût salarial et la compétitivité des entreprises car c'est surtout sur les salaires modestes que cela joue", a-t-il dit dimanche midi alors qu'il était "L'invité" sur RTL.

Le président du sp.a, Bruno Tobback, s'en est pris ce lundi aux salaires considérables des dirigeants d'entreprises publiques, dans son discours prononcé à l'occasion du 1er mai fêté à Gand. Il a appelé au plafonnement de ces émoluments au niveau de ceux du Premier ministre.

Le président du sp.a, Bruno Tobback, a appelé les partis politiques siégeant au sein des gouvernements fédéral et régionaux à mener le débat sur les compétences dites usurpées - qui relèvent désormais des entités fédérées mais sont toujours financées par l'Etat fédéral.

Il y a du changement autour de la table des négociations en ce lundi : après l'exclusion des verts, deux femmes quittent la table des négociations. Joëlle Milquet et Caroline Gennez laissent respectivement leur place à Benoît Lutgen et Bruno Tobback. Les "deux petits nouveaux " n'auront pas le temps de chômer puisqu'Elio Di Rupo et les six présidents de partis doivent trouver 10 milliards pour respecter l'objectif de déficit budgétaire de 2,8% du PIB auquel ils s'étaient astreints pour 2012

Bruno Tobback a été élu dimanche en début de soirée à Nieuport à la présidence du sp.a. Seul candidat à la succession (en "ticket" avec Joke Quintens) de Caroline Gennez, il a obtenu 96,9% des voix.

Le candidat à la présidence du sp.a, Bruno Tobback, veut que les socialistes flamands soient, "ensemble avec un maximum de personnes", les représentants d'"une autre Flandre". Dans son programme pour la présidence il dit vouloir prendre ses distances avec la Flandre de droite et plaide pour une société solidaire afin de préserver et améliorer le bien-être et la qualité de vie des citoyens.