Tout sur Bois du Cazier

Annulées en 2020 en raison de la crise sanitaire, les commémorations annuelles de la catastrophe du charbonnage du Bois du Cazier à Marcinelle, survenue le 8 août 1956, se déroulent ce week-end. Une importante délégation italienne assiste aux événements chaque année, 136 des 262 mineurs disparus dans la catastrophe étant originaires d'Italie.

Le 30 juillet dernier, Donald Trump apportait son soutien à la politique migratoire du nouveau chef du gouvernement italien, Guiseppe Conte, saluant son "travail formidable" et sa "position très ferme à la frontière". Le Président américain n'a d'ailleurs pas hésité à ériger ce gouvernement - qui associe les antisystèmes du Mouvement 5 étoiles et les néofascistes de la Ligue du Nord - en modèle pour les autres pays d'Europe... les incitant à "faire pareil".

8 août 1956, 262 mineurs du Bois du Cazier ne reverront jamais la lumière du jour. Une "catastrophe", vraiment ? Trop simple, trop commode, juge un collectif de chercheurs dans un "livre noir". Retour sur Marcinelle, une affaire vite classée sans suite.

Le 8 août 1956, la plus grande catastrophe minière de l'histoire de la Belgique s'abat sur la région de Marcinelle et de Charleroi. Soixante ans plus tard, un patient travail de reconstruction historique permet de comprendre les véritables causes du drame.

La princesse Astrid participe ce lundi après-midi à Pescara et Manoppello, en Italie, à une cérémonie de commémoration de la catastrophe minière du Bois du Cazier. Le 8 août 1956, un incendie dans cet ancien charbonnage de Marcinelle avait fait 262 morts, principalement de nationalité italienne. Parmi les personnalités présentes en Italie, figure également Elio Di Rupo, dont la famille est originaire des Abruzzes, région qui a payé le plus lourd tribut.

Douze ans après le drame, une centaine de personnes, notamment des membres de familles de victimes, des riverains, des pompiers, se sont rassemblées ce samedi pour rendre hommage aux victimes de la catastrophe de Ghislenghien.