Tout sur BNG

Le nombre de Belges qui ont changé de nom a doublé depuis l'assouplissement de la loi le 1er août 2018, mais parmi ceux-ci figurent aussi des criminels qui profitent du système, écrit Het Laatste Nieuws, mercredi.

La Commission vie privée a reçu un certain nombre de plaintes et de questions de citoyens inquiets qui se sont vu refuser l'accès au festival Tomorowland "pour des raisons de sécurité", sur base d'un screening de la police fédérale. "Nous n'avons en aucune façon été impliqués dans ce contrôle général préventif qui est problématique sur plusieurs points", affirme la commission qui a lancé une enquête sur le sujet.

Des données portant sur 2.221.442 Belges sont encodées dans la Banque nationale générale (BNG) de la police alors qu'il y a sept ans 1.506.046 personnes y figuraient, rapporte La Dernière Heure samedi, sur base de chiffres de la police fédérale, fournis par le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Jan Jambon (N-VA).