Tout sur Berkendael

Les établissements pénitentiaires bruxellois étaient les plus touchées, vendredi après-midi, par le mouvement de grogne des gardiens qui protestent contre l'introduction d'un service minimum en cas de grève dans les prisons, selon des chiffres communiqués par l'administration pénitentiaire. Dans la prison de Forest, huit gardiens sur 10 (81%) ont débrayé, 7 sur 10 (73%) à Saint-Gilles et plus de 6 sur 10 à Berkendael (67%). En Wallonie, environ la moitié des gardiens se croisaient les bras, tandis que les deux-tiers du personnel étaient en grève dans les prisons flamandes.

Le mouvement de protestation contre l'introduction d'un service minimum en cas de grève dans les prisons se poursuit mercredi. Ainsi à Louvain Central, seuls 14,71 % des gardiens ont pris leur service. Le mouvement est également toujours bien suivi dans les prisons bruxelloises de Saint-Gilles (34,62 %), Forest (28,21 %) et Berkendael (28,57 %), indique la DG Etablissements pénitentiaires.

Environ sept membres du personnel pénitentiaire sur dix ont pris leur fonction mardi soir dans les prisons wallonnes et bruxelloises, a communiqué à Belga la porte-parole de l'administration pénitentiaire, Kathleen Van De Vijver. La police était présente dans la soirée aux prisons de Berkendael, Forest, Marche et Saint-Hubert.