Tout sur Benoît Lutgen

"On tourne une page, on se donne un an pour écrire un projet à plusieurs mains, avec les citoyens qui se sentent intéressés à participer, avec les sympathisants et les militants. On ne connaît pas l'épilogue: c'est un voyage en terre inconnue".

En une année, marquée par des élections générales, toutes les présidences des partis francophones, PTB excepté, ont changé. Charles Michel, Didier Reynders, Elio Di Rupo, Laurette Onkelinx, Benoît Lutgen, Joëlle Milquet et Zakia Khattabi, notamment, ont quitté l'avant-scène politique nationale.

Le parti de Maxime Prévot a choisi l'opposition pour "prendre le temps de se réinventer". Ce n'est pas la première fois que les héritiers du Parti catholique y sont contraints par l'électeur, qui lui a infligé, le 26 mai dernier, la pire défaite de son histoire. Avant une dernière réinvention avant la disparition ?

Depuis le 26 mai au soir, à peine les résultats des élections connus, les négociations politiques pour la formation des prochaines majorités ont démarré. Mais qu'est-ce en soi qu'une négociation ? Quel en est le mécanisme ? Comment des adversaires parviennent-ils à un accord ? Comment se forment les compromis entre positions antagonistes ? A quoi reconnaît-on une négociation réussie ? Trucs, astuces, erreurs à ne pas commettre et confidences d'anciens négociateurs politiques.

C'est bien la question du départ du Premier ministre hongrois Viktor Orban et de son parti le Fidesz du Parti populaire européen (PPE) qui est aujourd'hui à l'ordre du jour, pas celui du cdH, du moins "à ce stade", a réagi lundi le président du parti humaniste, Maxime Prévot.

Un peu plus d'un millier de militants réunis à Louvain-la-Neuve ont élu samedi Maxime Prévot à la présidence du cdH. Le bourgmestre de Namur a recueilli 85% des suffrages exprimés face à quatre autres candidats: François-Xavier Blanpain, ancien conseiller du parti qui a récolté 9,7% des suffrages, Bashiru Lawal, Jan Lippens et Arthur Defoin.

C'était une recrue de choix de Benoît Lutgen : l'eurodéputé Claude Rolin, ancien secrétaire général de la CSC, quitte le CDH. En froid avec son parti depuis le renversement de la majorité wallonne, il ne sera pas candidat au scrutin de mai prochain. Il part sans regret, dit-il. Quoique...