Tout sur Benoît Hamon

L'ancien controversé ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a révélé le nom de son nouveau parti, MeRA25 - acronyme de "Front de réelle désobéissance européenne à l'horizon 2025" -, qui participera aux élections législatives prévues à l'automne 2019, ont rapporté jeudi des médias grecs.

Il y a huit mois, il était encore au pouvoir: laminé lors de la présidentielle, le Parti socialiste français poursuit aujourd'hui sa descente aux enfers, obligé de vendre son siège historique et toujours à la recherche d'un nouveau leader.

L'ex-candidat socialiste à la présidentielle française Benoît Hamon a annoncé samedi son départ du Parti socialiste (PS) où il militait depuis trente ans, affirmant vouloir s'atteler à la "reconstruction de la gauche" avec un nouveau mouvement politique.

Le jeune mouvement politique centriste d'Emmanuel Macron, "En Marche!", publie jeudi la liste des candidats choisis pour porter la bannière du nouveau président français aux législatives de juin, avec le pari de former une majorité de changement.

Les maires socialistes de Paris et de Lille, Anne Hidalgo et Martine Aubry, l'ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira, des intellectuels et artistes ont lancé mercredi "Dès demain". Ce "mouvement d'innovation" se dit ouvert à "tous les humanistes qui croient encore en l'action".

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste malheureux à l'élection présidentielle française, a annoncé mercredi matin sur France Inter qu'il lancerait le 1er juillet son mouvement, de gauche mais transpartisan. "Un parti, aussi grand soit-il, ne peut pas enterrer de belles idées", estime-t-il, après la mise entre parenthèses de plusieurs de ses projets dans la plateforme programmatique du PS pour les législatives adoptée mardi.

Le Parti socialiste français, qui sort de cinq ans de pouvoir avec un bilan contesté, a été éliminé au premier tour de l'élection présidentielle pour la première fois depuis 2002, "cataclysme" qui ponctue son déclin, selon des experts.

Pour le professeur de science politique Philippe Marlière, le candidat de La France insoumise a substitué à la traditionnelle lutte des classes une démarche populiste autour du clivage peuple contre élites. Le voici en "papy écolo bleu, blanc, rouge".

Il lutte contre les inégalités, il critique la dérive sociale-libérale de François Hollande, il plaît beaucoup, beaucoup, beaucoup, à la base du parti, mais il n'est pas du tout soutenu par les têtes connues du PS.