Tout sur Benjamin Griveaux

Le pays est quasiment à l'arrêt, mais les Français ont tout de même commencé à voter pour le premier tour des élections municipales, aux enjeux éclipsés par l'épidémie de coronavirus dont le pays est l'un des principaux foyers en Europe.

Alexandra de Taddeo, destinataire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, a assuré n'avoir gardé des traces de ces images que pour se "protéger", et affirmé ne pas avoir participé à leur diffusion par son compagnon Piotr Pavlenski, dans un entretien diffusé dimanche sur M6.

Il est où, le phallus de Benjamin Griveaux ? Disparu. Aussi vite qu'il s'était virtuellement érigé. Nulle part sur Google Images et Vidéos (#journalismedinvestigation). Effacé des comptes Twitter de ceux ayant donné un coup de main à ce Russe confondant activisme et pornodivulgation. Film masturbatoire éphémère, conséquences durables : plus de mairie de Paris, plus de crédit politique, plus d'honneur, plus d'intimité. Plus de femme, peut-être.

L'activiste russe Piotr Pavlenski, qui a diffusé les images fatales à la candidature aux municipales à Paris de Benjamin Griveaux, un proche du président Emmanuel Macron, et sa compagne Alexandra de Taddeo ont été inculpés mardi et placés sous contrôle judiciaire.

Vendredi dernier, Benjamin Griveaux, candidat d' Emmanuel Macron à la mairie de Paris, a annoncé le retrait de sa candidature suite à la diffusion d'une vidéo à caractère sexuel le mettant en scène. Le point sur une affaire mêlant un activiste russe, une étudiante amoureuse et un proche d'Emmanuel Macron.

Vendredi dernier, Benjamin Griveaux, candidat à la mairie de Paris, annonçait le retrait de sa candidature suite à la diffusion d'une vidéo à caractère sexuel le mettant en scène. L'affaire relance le débat sur le "revenge porn", un fléau qui frappe également la Belgique et qui fait l'objet d'une proposition de loi, ce mardi, à la Chambre.

Emmanuel Macron a décidé de saisir le Conseil constitutionnel concernant la proposition de loi anticasseurs qui devrait être adoptée définitivement mardi au Sénat, alors que le gouvernement et la majorité voulaient en partie l'atténuer, a annoncé le porte-parole du gouvernement.