Tout sur Beni

Dix civils ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une nouvelle attaque du groupe Forces démocratiques alliées (ADF) dans la région de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo au lendemain du massacre de 22 civils, a déclaré l'administrateur du Territoire.

La Mission de l'ONU (Monusco) en République démocratique du Congo "ne peut pas rester sans fin", a déclaré lundi à l'AFP la présidente du Parlement congolais, Jeanine Mabunda, au moment où la population de Beni (est) attaque des symboles de l'Etat congolais et de l'ONU, accusés d'inaction après des massacres de civils.

Au moins 23 personnes ont été tuées dimanche lors du crash d'un petit avion de ligne qui s'est écrasé au décollage sur un quartier résidentiel de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo.

Voilà plus d'un an que la fièvre hémorragique ravage l'est de la République démocratique du Congo. Si de nouveaux traitements ravivent l'espoir, l'insécurité et la défiance des communautés affectées entravent la lutte.

Les scientifiques ont découvert deux médicaments Ebola prometteurs qui ne rendent plus la maladie incurable. 90% des patients traités avec l'un des deux médicaments à un stade précoce survivent à la maladie.

Deux cas confirmés de personnes atteintes du virus Ebola sont apparus dans la province congolaise du Sud-Kivu. C'est une première pour cette province dans le cadre de l'actuelle épidémie, qui sévit en République démocratique du Congo depuis un an. Une de ces personnes est décédée, a annoncé vendredi le gouvernorat de cette province.

La fièvre hémorragique d'Ebola a tué 1.905 personnes en une année en République démocratique du Congo, où 844 patients ont été déclarés guéris, d'après les chiffres publiés jeudi par les autorités sanitaires congolaises.

Crise sanitaire, menaces sécuritaires, angoisses aux frontières, batailles politiques, enjeux pharmaceutiques: déclarée il y a tout juste un an jeudi, l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo multiplie les défis aux professionnels de la santé publique, qui n'en voient pas le bout.

La "conduite" de la riposte anti-épidémie Ebola en République démocratique du Congo "se fait désormais sous la supervision" du chef de l'Etat Félix Tshisekedi, a indiqué samedi la présidence, qui "prend acte" de la décision de l'OMS de faire de l'épidémie une urgence sanitaire mondiale.

Après deux ans de retard et trois reports, les élections ont enfin commencé dimanche en République démocratique du Congo pour désigner le successeur du président Joseph Kabila. Les témoignages se multipliaient pourtant ce dimanche pour énumérer les lacunes de l'organisation des élections.