Tout sur Bénédicte Bayer

"La Région a pris ses responsabilités en cassant les actes qui lui semblaient contraires à l'intérêt général et a transmis ces pièces à la Justice", a réagi Christophe Collignon, le ministre wallon des Pouvoirs locaux qui exerce la tutelle sur Nethys, après l'interpellation vendredi matin de Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer, les anciens dirigeants de l'intercommunale liégeoise.

Compte bancaire confidentiel pour le management, emplois fictifs et de complaisance, dépenses privées payées par Nethys, décret gouvernance contourné... Une note de synthèse explosive, avalisée ce mardi par le conseil d'administration de Nethys, décrit les nombreux cadavres retrouvés dans les placards du groupe sous l'ère Moreau. Un système au parfum mafieux qui a prospéré grâce à une culture du secret permanent. Douze dossiers sont à l'instruction.

A l'issue de la réunion convoquée jeudi par la directrice générale de Publifin, Bénédicte Bayer, le personnel n'a obtenu aucune réponse à ses questions et craint encore plus aujourd'hui des pertes d'emploi, a indiqué jeudi Christine Planus, déléguée principale CGSP-Admi.

Le conseil d'administration (CA) de Publifin, qui s'est réuni avant l'assemblée générale extraordinaire programmée ce mardi soir, a mandaté deux de ses administrateurs afin qu'ils convoquent pour le 19 février prochain un CA de Finanpart, laquelle est la seule à avoir autorité directe sur Nethys.

Le rapport de la commission Publifin décrit un système assez généralisé d'estompement de la norme dans le chef des dirigeants de Publifin et de ceux qui les ont protégés. Une nouvelle génération wallonne bien formée, communicante, exigeante sur le plan éthique, émerge de cette tornade. De celle qui redonne de l'espoir.

Avant son audition, personne ne la connaissait. Après, tout le monde la détestait. Bénédicte Bayer, directrice générale de Publifin, n'est pourtant pas (que) cette arrogante/combattante. Ni cette incompétente soumise à Stéphane Moreau. Mais un sacré caractère, sans aucun doute !

La directrice générale de Publifin Bénédicte Bayer a dénoncé jeudi soir, à l'approche du terme de son audition en commission d'enquête du parlement wallon, l'attitude des députés qui lui donnerait le sentiment de subir un "tribunal d'inquisition".

En 2014, Bénédicte Bayer a gagné 260.069,91 euros brut annuels pour ses fonctions chez Nethys et Publifin, soit 10 fois plus que l'ouvrier le moins bien payé du groupe. Son salaire chez Publifin ne représente pourtant que 10% de ce montant, alors qu'elle dit y consacrer 50% de son temps de travail. Montage destiné à éluder des cotisations de sécurité sociale ?

Le secrétaire des comités de secteur de Publifin René Duria a limité son rôle, lundi devant la commission d'enquête du parlement wallon, à celui d'exécutant, renvoyant la responsabilité des dysfonctionnements aux membres de ces comités, et à leurs présidents en particulier. Il a toutefois fourni plusieurs détails sur le CA du 21 juin 2013 qui a créé les nouveaux comités de secteur.