Tout sur Béchir

L'ex-président soudanais Omar el-Béchir, chassé du pouvoir l'an passé par une révolte populaire, a comparu mardi devant une cour spéciale à Khartoum où il doit répondre du coup d'Etat qui l'avait porté au pouvoir en 1989, un procès inédit dans le monde arabe.

Les meneurs du mouvement de contestation et le pouvoir militaire au Soudan sont tombés d'accord samedi sur une déclaration constitutionnelle, censée ouvrir la voie à une transition vers une autorité civile après des mois de protestations marqués par une répression meurtrière.

Une "tentative de coup d'Etat" a été déjouée au Soudan, a affirmé jeudi un représentant du Conseil militaire au pouvoir depuis la chute d'Omar el-Béchir en avril, alors qu'un accord avec les contestataires sur la transition devait être signé dans les prochains jours.

Le Soudan doit rejoindre immédiatement la Cour pénale internationale (CPI), qui a émis des mandats d'arrêt pour crimes de guerre et génocide contre son président déchu Omar el-Béchir, a estimé samedi le chef du principal parti d'opposition, Sadek al-Mahdi.

En première ligne des manifestations antigouvernementales au Soudan on trouve des femmes devenues symboles de la révolution. L'une d'elles s'est transformée en icône et fait la une des réseaux sociaux. Elle a été baptisée "Kandaka", le titre qu'on donnait aux reines de la Nubie antique

Depuis un mois, le pouvoir soudanais est confronté à une vague de manifestations, qui s'est transformée en contestation du régime. Le point en trois questions.