Tout sur Bataclan

Autorégulation et responsabilisation des plateformes, collaboration entre celles-ci et les professionnels de l'information, sensibilisation des entreprises à l'environnement vertueux de leurs placements publicitaires...: la riposte est en marche.

De vieilles munitions, fabriquées dans une myriade de pays. Voilà ce qu'ont utilisé les terroristes du Bataclan, le 13 novembre 2015, comme l'auteur de l'attentat raté du TGV reliant Bruxelles à Paris, neuf mois plus tard.

Le président français Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, a entamé lundi au Stade de France, en présence notamment de son prédécesseur François Hollande, une série d'hommages aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 qui avaient fait 130 morts dans Paris et sa banlieue.

Les polices locales et fédérale disposent désormais d'armes semi-automatiques avec des munitions de guerre. Il s'agit d'équiper les agents face aux kalachnikovs AK-47, armes utilisées lors d'attaques terroristes par le passé. Ces armes sont aussi à même de stopper un véhicule, rapportent les titres de Mediahuis samedi.

L'attaque du Nouvel an dans une boîte de nuit d'Istanbul (39 morts) vient allonger la liste des attentats jihadistes contre des lieux de divertissement, dont voici les précédents les plus spectaculaires.

Le ministère de la Défense a assuré mardi que les militaires déployés en rue en soutien de la police fédérale avaient "tous les moyens à leur disposition pour réagir adéquatement (à des incidents) dans le cadre de leur mission", dans une allusion au fait que certains militaires français ne soient pas intervenus lors de l'attaque du Bataclan à Paris le 13 novembre dernier.

Six militaires de la force sentinelle française se trouvaient devant le Bataclan le soir des attentats de Paris, le 13 novembre 2015, mais ils ne sont pas intervenus car leurs règles d'engagement ne le prévoyaient pas, a affirmé mardi matin le député cdH Georges Dallemagne sur Bel RTL, quelques heures avant la présentation du rapport de la commission d'enquête française sur les attentats.

Près de huit mois après les attaques djihadistes les plus meurtrières jamais perpétrées en France, et au terme de quelque 200 heures d'auditions, la commission d'enquête parlementaire sur les attentats perpétrés en 2015 rend ses conclusions mardi.