Tout sur Bart De Wever

Négociations fédérales: qui pour remplacer Vande Lanotte et Reynders ?

Les négociations au fédéral devraient passer dans les jours qui viennent à la vitesse supérieure puisque tous les gouvernements régionaux sont déjà formés. Il se murmure que le flambeau passera à un nouveau duo composé d'un membre de la N-VA et du PS. Néanmoins cela ne devrait pas être De Wever et Magnette.

Le virage budgétaire de la N-VA

Pour la N-VA, un budget équilibré n'est plus sacré. Ce faisant, elle prend le même chemin que le gouvernement wallon arc-en-ciel.

De jeunes Anversois demandent à Bart De Wever d'agir pour le climat

De jeunes Anversois membres des mouvements "Youth for Climate" et "Students for Climate" exprimeront vendredi, à l'occasion de la troisième grève mondiale pour le climat, leur mécontentement face à "l'absence de réaction politique sérieuse" aux mois de mobilisations des élèves, qui avaient brossé les cours lors de la précédente année scolaire, pour réclamer des mesures fortes contre le réchauffement climatique.

Des archéologues découvrent une structure en bois du 13e siècle à Anvers

Des fouilles dans le centre-ville d'Anvers ont permis la découverte de vestiges d'un bâtiment du 13e siècle, voire plus ancien. Il s'agit de restes d'un immeuble en bois, roseau et tressage, d'une paroi et de planches. Les archéologues sont surpris que ces structures aient résisté à l'épreuve du temps.

Formation fédérale: PS et N-VA se sont déjà rencontrés

PS et N-VA se sont vus récemment. Officiellement, il ne s'agissait que d'une rencontre entre les formateurs des gouvernements régionaux, Jan Jambon et Elio Di Rupo. Mais Bart De Wever, Theo Francken et Paul Magnette les ont rejoints pour évoquer la situation au Fédéral, rapporte mardi Het Laatste Nieuws.

Et à la fin, c'est la Suédoise qui rempile? [1]

En Flandre, CD&V, Open VLD et N-VA ont connu un revers au dernier scrutin. La Suédoise devrait toutefois y rempiler, une coalition de perdants. Selon une enquête officielle flamande de 2017[2], un sentiment d'impuissance politique prévaut au nord du Pays. Si une nette majorité reste pour l'obligation de vote, deux Flamands sur trois pensent que les politiciens sont seulement intéressés par leur voix et non par leur avis. Un sur deux estime même que voter n'a aucun sens. Le choix de De Wever devrait accentuer cette rupture avec la Flandre silencieuse à moins que les gagnants tirent leur épingle du jeu dans l'opposition. Avec des visions ô combien distinctes, il s'agit de Groen, du PVDA et du Vlaams Belang.

"Le PS a les clés de l'avenir du pays"

Sammy Mahdi, président des Jeunes du CD&V, invite urgemment les socialistes francophones à négocier avec la N-VA pour éviter un blocage définitif. Ce fils de réfugié irakien se dit "à plus de 90 %" d'accord avec les thèses de Bart De Wever sur l'identité.

"Comment la Belgique peut avoir 1,6 million de pauvres?"

"Les élections fédérales ressemblent à un cirque, n'est-ce pas ? Luc Bertrand, éminence grise de la finance belge n'aime pas beaucoup notre démocratie. Entretien sur la N-VA et le PS, le Vlaams Belang et le PTB, Didier Reynders et Donald Trump.

Formation flamande: les présidents de partis se retrouveront jeudi

Les négociateurs pour la formation d'une nouvelle majorité politique en Flandre se retrouveront jeudi pour trancher les derniers noeuds apparus lors des discussions en groupes de travail ces dernières semaines, a-t-on appris mardi dans l'entourage du formateur Jan Jambon (N-VA).

Note De Wever: "Celui qui aime son peuple ne le divise pas"

La note d'intention présentée mi-août par le président de la N-VA Bart De Wever, qui doit servir de base aux négociations en vue de former le prochain gouvernement flamand N-VA, CD&V et Open Vld , tend "le piège de la haine et de la peur", a déclaré dimanche la présidente de Groen, Meyrem Almaci, lors d'une allocution prononcée pendant le Week-end d'été de son parti à Nieuport. "Celui qui aime son peuple ne le divise pas", a-t-elle dit.

La N-VA aborde la suppression des mutualités

La N-VA ne veut plus que les mutualités soient chargées du remboursement des prestations médicales. Cette mission doit désormais revenir aux autorités. Il s'agit d'une des mesures d'efficience prônées par le parti nationaliste afin de donner plus de ressources au département Bien-être.