Tout sur attentats

Des familles en vacances, des touristes étrangers, un commissaire de police, mais aussi dix enfants et adolescents: voici des éléments collectés par l'AFP sur les vies fauchées par l'attentat qui a fait 84 morts jeudi soir à Nice, dans le sud-est de la France.

Cinq personnes ont été tuées et 15 blessées lundi dans une série d'attentats suicide dans un village de l'est du Liban proche de la frontière syrienne, ont annoncé des responsables.

Quatorze personnes ont été tuées et huit blessées lundi tôt à Kaboul dans un attentat-suicide contre un minibus transportant des employés de sécurité népalais, a indiqué un porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur.

Le centre 100 de Louvain a refusé d'envoyer des ambulances supplémentaires à Brussels Airport le 22 mars jusque 8h55, soit près d'une heure après la double déflagration dans le hall des départs, ressort-il du rapport rédigé par le SIAMU et transmis par la secrétaire d'Etat bruxelloise de tutelle Cécile Jodogne (DéFi) à la commission d'enquête, rapporte Le Soir lundi.

Equipe commune d'enquêteurs, magistrat de liaison, échange de renseignements: comment la France et la Belgique, base arrière de la cellule jihadiste qui a frappé le 13 novembre à Paris avant Bruxelles le 22 mars, coopèrent dans leurs investigations.

Avec 300 militaires supplémentaires déployés à partir de ce lundi, le nombre d'entre eux engagés dans l'opération "Vigilant Guardian" pour renforcer la sécurité, principalement dans le métro bruxellois, a atteint 1.800 hommes et femmes, a indiqué le Syndicat libre de la Fonction publique (SLFP) Défense.

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, s'est refusé dimanche à toute nouvelle polémique à propos de la décision de fermer ou non le métro bruxellois mardi dernier à la suite de l'attentat commis à l'aéroport de Bruxelles-National, tout en promettant de fournir à la commission d'enquête de la Chambre le déroulement des événements "minute par minute".

J'espère qu'il y aura un avant et un après 22 mars 2016. Nous ne pouvons plus - comme trop souvent - nous mobiliser pendant quelques semaines et puis passer à autre chose, pressés par l'activité médiatique.