Tout sur AstraZeneca

Un Français sur deux est désormais complètement vacciné contre le Covid-19, a annoncé mardi soir la Direction générale de la Santé, un niveau encore éloigné du seuil d'immunité collective estimé à environ 90% avec le nouveau variant Delta, plus contagieux.

La Belgique a reçu, jusqu'à présent, quelque 13,5 millions de doses de vaccin contre le covid, selon les chiffres dévoilés samedi par la task force vaccination. A ce jour, 66,9% des Belges ont reçu une première injection et 45,9% sont totalement vaccinés.

Quelque 100.000 Belges - 89.000 Flamands et 11.000 Wallons - qui ont reçu une première dose du vaccin développé par AstraZenaca ont décidé d'avancer le rendez-vous de leur seconde piqûre, indique lundi Gudrun Briat, membre de la taskforce vaccination.

Si la Belgique figure parmi les meilleurs élèves européens en termes de vaccination, certaines grandes villes sont à la traîne, dont Bruxelles, Charleroi ou encore Liège. Mais la livraison de près de deux millions de doses de vaccins prévue cette semaine pourrait bien relancer la machine une fois pour toutes.

Est-il nécessaire d'administrer une troisième dose du vaccin contre le covid? Si oui, à qui, et avec quel vaccin? On fait le point sur la question avec Michel Goldman, immunologue, et Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus.

De plus en plus experts suggèrent de combiner les vaccins AstraZeneca et Pfizer pour une meilleure efficacité. Plusieurs études préliminaires révèlent en effet que remplacer la deuxième dose d'AstraZeneca par une injection de Pfizer augmenterait l'efficacité de la réponse immunitaire de la personne vaccinée.

Le vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca peut, dans certains cas, entraîner un syndrome de fuite capillaire, une affection très rare caractérisée par une fuite de liquide des vaisseaux sanguins, qui entraîne un gonflement des tissus et une baisse de la pression artérielle.

Théories conspirationnistes des mouvements anti-vaccins, fake news, états comme la Russie ou la Chine qui sèment la confusion: le citoyen a du mal à reconnaître la désinformation et perd ainsi confiance dans l'efficacité du vaccin et dans la reprise économique post-covid, selon une étude menée conjointement par la Vrije Universiteit Brussel (VUB) et l'École royale militaire.

La taskforce vaccination est en train d'évaluer la possibilité de raccourcir l'intervalle entre les deux doses du vaccin contre la Covid-19 développé par AstraZeneca. Il s'agirait de passer de douze à huit semaines pour toutes les personnes qui ont déjà reçu leur première dose, comme c'est le cas pour celles l'ayant reçu après le 31 mai. "Raccourcir ce temps d'attente serait une mesure logique, mais ce n'est pas une chose évidente", a déclaré samedi Dirk Ramaekers, de la taskforce. "Nous faisons tout notre possible pour garantir cela."